Accueil > Musique > 2012 > Le coin des découvertes (III) - Luminocolor, Miss My, SRFelix

Le coin des découvertes (III) - Luminocolor, Miss My, SRFelix

samedi 15 décembre 2012, par Marc

Découvertes en mode instrumental


Ca y est, ça sent la fin d’année, les bilans, tout ça... Mais je m’en voudrais de ne pas signaler quelques découvertes récentes. Attendez-vous à quelques paquets de critiques en mode express ces prochains jours. Au menu du jour, donc, trois albums instrumentaux qui méritent le coup d’oreille.

Luminocolor - Résonances

De nos jours, faire de la musique sans paroles, c’est par défaut se cantonner à un public curieux, mais je préfèrerai toujours ceux qui comme ici poursuivent leur voie plutôt que ceux qui jouent contre leurs qualités. Certes, il reste des traces de voix noyées, comme à l’époque récente où les suiveurs d’Animal Collective poussaient comme des champignons après la pluie

Ce qui fonctionne chez le duo français, c’est le côté simple et joyeux, comme si Menomena faisait des instrumentaux, si Dan Deacon changeait de substances. Il n’y a pas la sombre complexité d’un Amon Tobin, Franck Riggio ou autre D-Brane, et pourra même paraitre simplistes aux amateurs de ces artistes. Mais le côté franc et direct de Lamirande Paypayo ou Amerigo (au saxo bien amené), de la ligne mélodique de Guapo, la fête de Tezeta emportent la mise. Mais qu’au-delà de la joie de façade, il y a occasionnellement de l’intensité, ou une mélancolie de fanfare (Haarp’o Loop)

Cet album joyeux et léger finalement, qui pourra paraitre simpliste aux amateurs d’émotions complexes, pourra plaire à ceux qui veulent une petite respiration, une petite giclée d’euphorie.

http://www.luminocolor.org

Miss My - Rêve

Voici une nouvelle occasion de rappeler la qualité et la variété de la scène de Montréal. Miss My est le projet de Myriam Boucher, par ailleurs membre du groupe post-rock Music For Money. Il n’est pas à proprement parler question de ça ici, mais elle a réussi un beau mélange de sensibilité mélodique et d’ambiances plus pesantes.

Pour réussir le premier, elle peut compter sur un talent certain d’instrumentiste qu’on pressent sur Une Danse ou Fail, qui commence comme un morceau de musique classique contemporaine. Mais fort heureusement, ce n’est pas du tout un morceau de piano sur lequel on est venu plaquer une rythmique, mais une pièce complexe, construite et élaborée. Du talent e du discernement, voilà ce qu’il y a ici pour livrer une bien belle découverte.

http://missmy.bandcamp.com/album/r-ve

SRFélix - SRFélix

Dans cette époque sans courant dominant et où l’offre se multiplie, les petits labels ont une belle carte à jouer. Après le renversant Boy And The Echo Choir (qui revient en février) et My Name Is Nobody, découvrons donc SRFelix.

A quel moment un morceau est-il suffisamment équilibré pour ne pas devoir être augmenté ou diminué ? SRFelix semble en tout cas avoir trouvé la réponse, et les six titres sont exemplaires de retenue et de variété. Parce qu’il arrive à secouer le pur drone initial de soubresauts, parce qu’il maitrise aussi bien le piano minimaliste (on pense à Niels Frahm) que la guitare acoustique. C’est donc lent et dépouillé, mais suffisamment évocateur pour rendre le coup d’oreille indispensable.

http://mylittlecabrecords.bandcamp.com/album/srf-lix

http://mylittlecabrecords.tumblr.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Séance de Rattrapage #43 - Découvertes

    EAST. - Hula Hoop
    Il ne faut pas réfléchir énormément pour situer les influences du trio français East. Leur rock dense et intrigant est en effet imprégné de cette musique froide qui nous plait. Seaside Road est par exemple clairement influencé par Joy Division, en moins hanté évidemment, ce qui est une bonne nouvelle finalement pour la santé mentale du chanteur. Ce chant n’est pas virtuose mais c’est une loi du genre et ça ne dénature jamais l’impression d’ensemble. Certes, ils chantent (...)

  • White Note - Oppositional Defiant Disorder

    White Note est un groupe parisien qui a déjà sorti un album et un EP. On en parle aujourd’hui parce qu’on pense qu’il y a plusieurs choses ici qui pourraient vous plaire. On est là pour ça après tout. Hors de toute mode mais sans être daté non plus, la formation parisienne retrouve l’esprit éclectique et efficace de formations nineties comme Strangelove ou Jack sur Amito. Ou alors du Gene seconde époque. Bon, il faudrait que je me fasse à l’idée que je ne m’adresse pas qu’à des trentenaires bien (...)

  • Séance de Rattrapage #34 - Hannah, Marie et Lou Lou

    Hannah Peel - Rebox II EP
    On est bien contents d’avoir des nouvelles de la jolie Hannah Peel. Surtout que vu le nombre de ses collaborations, il est facile de perdre le fil. Il faut aussi savoir qu’à l’instar d’Olivier Ackerman d’A Place To Bury Strangers qui fabrique ses pédales d’effets, Hannah produit des boîtes à musique. Et ce sont elles qui constituent le plus gros de l’orchestration de cet EP Rebox II.
    On retrouve comme sur le précédent quelques reprises et autres morceaux instrumentaux. Des (...)

  • Séance de Rattrapage #27

    Une découverte flamande à partager, le retour d’une Pipette et d’une promesse New-Yorkaise
    Flying Horseman - City Same City
    C’est un constat assez désolant mais qu’on est amenés à faire de temps à autres, la frontière linguistique n’est pas assez poreuse pour les talents belges du nord comme du sud. Heureusement, j’ai mes rabatteurs et voici une prise de vraie belle qualité.
    Bert Dockx officie aussi chez Dans Dans mais c’est sous le nom de Flying Horseman qu’il livre ses albums les plus personnels. Et (...)