Accueil > Critiques > 2013

Wooden Wolf - 14 ballads Op​.​1

dimanche 24 mars 2013, par marc

Apposons le sticker


Si je vous dis « Strasbourg », il est probable que la première idée associée ne soit pas la musique folk. Et à l’opposé, si vous écoutez cet album, il est probable que ça ne vous évoque pas l’Alsace. C’est ça aussi la magie de la musique. Notre époque de large diffusion est propice à la découverte de trésors cachés comme celui-ci. Et si on espère qu’il restera caché le moins longtemps possible, je me trouve face à un petit trésor.

Evidemment, cet artiste français compose et interprète une musique qui navigue dans les eaux de beaucoup de choses qu’on aime beaucoup. Difficile de ne pas penser à Elliott Smith sur le premier morceau, et We Can’t Find The Light pourrait figurer sur un album de Sophia, mais avec un bruissement de guitare en fond qui installe une vraie tension. Ça peut être carrément déchirant (Horses In The Storm), sur fond d’orage. La guitare est simplissime, c’est à la voix de se vider les tripes. Il y en a qui le font mieux que d’autres, qu’on ressent plus fort que d’autres. Je vous laisse avec cette constatation un peu plate, mais ce n’est pas vraiment mon esprit qui est sollicité, mais une empathie naturelle avec ce son charnel.

En tendant l’oreille, on captera au passage quelques allusions à Dylan sur fond de bruits d’eau (Interlude #3 - So Long). Il y a d’ailleurs plusieurs interludes, qui vont du fragment de folk dénudé.

Le reproche fréquent fait aux francophones d’un accent qui trahit n’a ici pas lieu d’être. De mon point de vue en tout cas, il fait parfaitement illusion, et c’est heureux. Rien ne vient dont ternir le tableau de cet album plutôt long qui se termine par un morceau d’une ampleur rare, avec violon et tout ce qu’il faut pour que la tension s’installe. A l’opposé, il suffit de peu de chose pour emporter l’adhésion, comme l’imparable l’arpège de Dull Is The Sting.

On a réfléchi depuis longtemps à la possibilité d’ajouter un sticker ‘conseil’ aux critiques. Maintenant que la rédaction se réduit à peu de chose (en gros, votre serviteur), la variété serait moins là. Il n’en reste pas moins que quand j’entends des albums comme celui-ci, je m’empresse de faire passer le mot. Considérez donc le sticker comme apposé.

http://thewoodenwolf.bandcamp.com/
http://www.gogoyoko.com/album/_14_ballads_Op1

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)