Accueil > Musique > 2013 > Youth Lagoon - Wondrous Bughouse

Youth Lagoon - Wondrous Bughouse

mardi 26 mars 2013, par Marc

Plusieurs tailles d’un coup


Dans toutes les générations il y a eu des créateurs solitaires. La différence, c’est que les moyens techniques de notre époque facilitent grandement le travail de ceux qui préfèrent peaufiner leur univers sonore dans leur coin. Trevor Powers est de ceux-là. Et à l’instar d’un Perfume Genius dont on a entendu parler en même temps, le voilà prêt à affronter le vaste monde (même s’il a déjà pas mal tourné).

Même si sa musique reste souvent dans l’évocation, un peu de brouillard, on sent tout de suite plus d’espace ici. Après une introduction, la porte d’entrée évidente de cet album est Mute, plus solide, mieux charpentée. La voix qui y déboule est toujours un peu à la ramasse, chevrotante et asexuée. Le chant à l’hélium aquatique d’Attic Doctor vous évoquera Animal Collective (ou Atlas Sound si vous êtes joueurs), soyez prévenus. Il ne s’extériorise donc pas tout à fait, rentrant même carrément dans sa coquille hermétique de temps à autre. The Bath est un peu plus sombre et dense, sans atteindre les sommets du maitre actuel du genre, Mount Eerie. Etrangement, ça m’a fait l’effet d’une cassette audio de Disintegration de Cure qui serait passée à la lessiveuse.

En tous cas, ça semble plus fou qu’avant, plus aventureux. Mute semble ainsi suivre la voie de New Order. Et puis il sait toujours trousser de bien bonnes mélodies, qu’il peut mâtiner d’un peu d’insouciance psychédélique (Pelican Man, Raspberry Cane).

Youth Lagoon a pris plusieurs tailles d’un coup, s’est découvert de nouvelles envies. Et a révélé par contraste ce qui pourra passer pour une limitation. Souvent noyée d’écho et participant du charme de sa musique, la voix est moins assurée et percutante que la musique qui a beaucoup gagné en assurance et en folie tout en gardant un sens mélodique certain. On tient un artiste de talent, qui a su avec succès transformer l’essai d’un premier album prometteur.

http://www.fatpossum.com/artists/youth-lagoon

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)