Accueil > Musique > 2013 > The Imaginary Suitcase - Putting Things On Top Of other Things

The Imaginary Suitcase - Putting Things On Top Of other Things

jeudi 25 avril 2013, par Marc

Ça va avec tout


Une belle voix, ça va avec tout. Madeleine de Proust, surgissement vieux de vingt ans, j’ai identifié celle-ci comme étant celle de La Vierge Du Chancelier Rolin, bon groupe aujourd’hui disparu qui a peut-être eu le tort d’arriver trop tôt avec ses violons et son folk-rock élaboré. Mais revenons à 2013. The Imaginary Suitcase, projet de Laurent Leemans (aussi actif comme chanteur de Ceili Moss), nous livre donc un petit album bien attachant.

Comme vous l’aurez compris, c’est l’organe vocal de Laurent qui est au centre des débats. C’est d’autant plus clair que cette voix très nette, un peu altière, joliment grave, commence toute seule le disque. Le ton est toujours un peu sentencieux, mais on n’est pas dans une évocation de Dead Can Dance (la voix n’est pas toujours éloignée), parce que c’est une discrète guitare électrique qui vient l’appuyer.

Cette guitare électrique prend plus de place The Punchline. Pleine d’effets, comme pour mieux remplir un espace sonore que peu d’instruments. Mais on est loin d’avoir fait le tour ce petit album, puisque cette voix se prête bien à des chansons de biture (Zombie For You) et c’est une réussite complète. On est habitués à ce que la musique d’un morceau pareille sente le bourbon et l’huile de moteur et ici, c’est seulement sur la fin qu’il prend sa cuite, se prend pour Tom Waits et hop, on est emballés. La mélodie est en tout cas d’un classicisme absolu et impeccable. Tout comme le plus linéaire folk-pop Blink.

Bien que la finition de cet album soit irréprochable, on dénote tout de même un certain minimalisme, une simplicité dans les sons qui reste manifeste. Mais l’essentiel n’est pas là, surtout que les mélodies sont toujours au rendez-vous. Cette voix-là peut se permettre beaucoup d’enrobages et ne s’en prive pas. Ce qui rend l’écoute complète de ce Putting things on top of other things tout à fait gratifiante. Il n’y a vraiment pas que les télécrochets pour découvrir les belles voix de chez nous…

http://www.theimaginarysuitcase.be/
http://theimaginarysuitcase.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Séance de Rattrapage #43 - Découvertes

    EAST. - Hula Hoop
    Il ne faut pas réfléchir énormément pour situer les influences du trio français East. Leur rock dense et intrigant est en effet imprégné de cette musique froide qui nous plait. Seaside Road est par exemple clairement influencé par Joy Division, en moins hanté évidemment, ce qui est une bonne nouvelle finalement pour la santé mentale du chanteur. Ce chant n’est pas virtuose mais c’est une loi du genre et ça ne dénature jamais l’impression d’ensemble. Certes, ils chantent (...)

  • White Note - Oppositional Defiant Disorder

    White Note est un groupe parisien qui a déjà sorti un album et un EP. On en parle aujourd’hui parce qu’on pense qu’il y a plusieurs choses ici qui pourraient vous plaire. On est là pour ça après tout. Hors de toute mode mais sans être daté non plus, la formation parisienne retrouve l’esprit éclectique et efficace de formations nineties comme Strangelove ou Jack sur Amito. Ou alors du Gene seconde époque. Bon, il faudrait que je me fasse à l’idée que je ne m’adresse pas qu’à des trentenaires bien (...)

  • Séance de Rattrapage #34 - Hannah, Marie et Lou Lou

    Hannah Peel - Rebox II EP
    On est bien contents d’avoir des nouvelles de la jolie Hannah Peel. Surtout que vu le nombre de ses collaborations, il est facile de perdre le fil. Il faut aussi savoir qu’à l’instar d’Olivier Ackerman d’A Place To Bury Strangers qui fabrique ses pédales d’effets, Hannah produit des boîtes à musique. Et ce sont elles qui constituent le plus gros de l’orchestration de cet EP Rebox II.
    On retrouve comme sur le précédent quelques reprises et autres morceaux instrumentaux. Des (...)

  • Séance de Rattrapage #27

    Une découverte flamande à partager, le retour d’une Pipette et d’une promesse New-Yorkaise
    Flying Horseman - City Same City
    C’est un constat assez désolant mais qu’on est amenés à faire de temps à autres, la frontière linguistique n’est pas assez poreuse pour les talents belges du nord comme du sud. Heureusement, j’ai mes rabatteurs et voici une prise de vraie belle qualité.
    Bert Dockx officie aussi chez Dans Dans mais c’est sous le nom de Flying Horseman qu’il livre ses albums les plus personnels. Et (...)