Accueil > Musique > 2013 > Low Vertical - We Are Giants

Low Vertical - We Are Giants

vendredi 3 mai 2013, par Marc

Les géants


Les sources de bon conseil ne se tarissent décidément pas. Même si elles s’espacent. La dernière fois que j’avais sollicité une de ces sources, il en était ressorti l’émerveillement de Sunday Bell Ringers. Tout aussi Flamands, tout aussi chez les excellents Zeal Records (c’est un membre de Tomàn, Wouter Vlaeminck, qui est à la production), Low Vertical est peut-être un des secrets les mieux gardés du royaume. Parce qu’on me dit aussi que cet album n’a pas un succès fulgurant. Et là, je suis un peu abasourdi. Suis-je victime d’une inversion d’oreille ? Est-ce que le groupe se cloitre et lance des clous sur les fans potentiels ? Mystère. Ce que je sais par contre, c’est qu’il s’en trouvera parmi vous qui prendront du bon temps avec ce Low Vertical. C’est pour vous que j’écris après tout.

Première écoute, second morceau, premier frisson. Toulouse-Lautrec est énorme. Après un début d’album bien délicat, il frappe juste, garde une mélodie toute simple, densifie le son, ne s’emballe jamais vraiment, et s’efface quand il sait qu’on est groggy. Quand ils chantent, on dirait évidemment The Notwist, ce qui les rapproche de leurs excellents collègues de label Marble Sounds (sur lesquels on reviendra bientôt). Surtout quand sur les morceaux plus délicats comme Good Luck, Little Fellow. J’ai aussi retrouvé des traces de groupes oubliés comme The Aloof (l’âge, sans doute) ou complètement tendance comme Caribou (Sun Sun en a la fausse décontraction). Et oui, il y a un peu de Radiohead dans cette intrusion de machines dans l’émotion. D’accord, ce sont des références bien ronflantes, mais j’ai plus écouté cet album que le dernier de la bande à Thom Yorke.

Cet album s’appelle We Are Giants. On peut le voir comme une douce ironie, ou alors une certitude qui n’a pas encore éclaté au grand jour. Parce qu’on n’est pas à l’abri d’une surprise, par exemple quand le très délicat Spacemininvaders Pt I se prolonge dans un Pt II bien plus plombé et âpre. Les montées en intensité se font sur le son pur, ce qui est à la fois difficile à réussir et imparable. Sensei en est donc splendide, tout comme Epic Slaughter qui part sur un slogan cryptique (It’s a poor kind of melody/That only works backwards) pour se densifier progressivement. La batterie est en tout cas toujours simple mais judicieuse

Bon, on ne trouvera pas les raisons qui rendent la diffusion de cette musique si limitée. Mais vous aurez compris que c’est une découverte indéniable, comme on en a déjà connu chez Zeal records. Sans doute pas taillée pour les stades, cette musique pourra toucher ceux à qui les références rappelleront de bons souvenirs. Les gens comme vous et moi quoi…

on écoute : https://soundcloud.com/zealrecords/sets/low-vertical-we-are-giants/
on se renseigne http://www.lowvertical.be/
on achète : http://www.zealrecords.com/buy_lowvertical/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)