Accueil > Musique > Concerts > Apparat / Suuns, Nuits Botanique, 11/05/2013

Apparat / Suuns, Nuits Botanique, 11/05/2013

dimanche 12 mai 2013, par Seb

Into the darkness...


C’est au Cirque Royal que l’on traîne pour une soirée qui s’annonce assez expérimentale.

A peine arrivé et Aufgang tape déjà dur. On découvre une configuration inhabituelle, deux pianistes classiques presque de dos entourent le batteur, pas de chanteur. Les deux virtuoses jouent des mélodies complexes, contemporaines, le tout rythmé de manière assez binaire voire bourrine. Le contraste est rude et le résultat mitigé. Dommage car certains passages fonctionnent.

Suuns arrive dans une faible lumière bleue qui ne nous quittera plus. Pas de visuel, les musiciens ne sont que des ombres. L’assemblée baigne dans un rock psychédélique. Les dissonances vocales maîtrisées entraînent les morceaux dans une certaine déliquescence. Pour ma part, c’est une première écoute et il est difficile de pénétrer cet univers dense qui semble aussi insaisissable que la fumée qui nous entoure. Je me promets d’approfondir le sujet.

Apparat arrive enfin. Cela fait un moment qu’on le suit (ici, ici, et là-bas). Depuis ces deux derniers albums il avait quitté, à mon grand regret, l’eletronica pur pour former un "vrai" groupe où il pouvait chanter, jouer de la guitare. C’était un résultat en demi-teinte car son goût pour les ambiances mélancoliques se mariait difficilement avec les codes de la pop extravertie. La pari était pris que cet album serait celui, non pas de la maturité, mais du jusqu’au boutisme.

Après une intro vocale, une atmosphère cinématographique prend place. Le son est difficilement descriptible, très noisy qui n’est pas sans rappeler ses effets de son époque eletroncia. Les couches s’empilent et un mur de sons s’élèvent à n’en plus finir. Sorte de shoegaze életronique où les rythmes ne sont pas très marqués. Les passages plus feutrés, oniriques sont aussi présents. La maîtrise est vraiment absolue. Une fois de plus, l’obscurité sera la règle, les musiciens vêtus de noirs sont presque invisibles : place aux sons et à l’image. Le visuel sur grand écran est fait en live avec des magiciens de l’image qui manipulent sous un caméra en gros plan des formes, des textures et des éclairages. L’effet est surprenant. On assiste définitivement à une réelle performance. Cet album ne s’écoute pas chez soi, il se vit en live.

J’apprendrai en sortant que cet album est une commande pour une adaptation théatrale de Guerre et Paix (Krieg und Frieden, c’était dans le titre). On le retrouvera en août pour sa collaboration avec Modeselektor pour Moderat II.

(Pas de photos malheureusement vu les conditions obscures)

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

3 Messages

  • C’est vrai que Aufgang,sur certains morceaux, n’a pas été tendre avec les pianos, limite bourrin comme tu dis, mais je trouve que leur dernier album, contre toute attente, fonctionne vraiment bien en live. Tout comme celui de Apparat... j’en ai encore des frissons. J’y suis allé avec quelques appréhensions, j’en suis sorti émerveillé. Sascha Ring est un génie

    repondre message

  • Apparat / Suuns, Nuits Botanique, 11/05/2013 13 mai 2013 09:40, par nicolas

    J’y allais à la base pour Aufgang, (fan de leur premier album, et dont je n’ai toujours pas écouté le nouvel). Et j’ai été plutôt décu :/
    Comme vous dites, ils prennent une voie bien plus bourrine et électronique qu’avant, notament avec les mélodies aux synthés. Ce qui, je trouve, à tendance à noyer les pianos, à mon grand regret. Donc forcément triste qu’ils n’aient joué aucun morceau du premier album où il y avait plus "d’espace" pour chaque instrument ...
    Néanmoins, ça reste fort impressionnant et c’est loin d’être mauvais, j’attends ce me faire une idée sur l’album.

    Pour la suite, je ne connaissais aucun des deux groupes, donc découverte live :

    Suuns, rien à dire, j’ai failli m’endormir et ai hésité à rentrer chez moi direct.

    Apparat. Ouf, j’ai bien fait de rester :) Très bonne surprise, visuel impressionnant (j’ai passé une bonne partie du concert à essayer de comprendre comment ils faisaient !). J’ai acheté l’album et en effet, à la maison ça prend un peu moins qu’en live, faut peut-être pousser un peu le volume ...

    repondre message

    • Apparat / Suuns, Nuits Botanique, 11/05/2013 13 mai 2013 20:52, par Seb

      Je ne connaissais pas Aufgang. J’ai trouvé l’idée bonne avec un bon potentiel mais mal exploitée. J’écouterai le 1er album.

      Apparat c’était splendide, incroyable avec un peu de recul. J’avais aussi une appréhension après une pré-écoute rapide. C’était proche de la musique de drones mais d’habitude ca m’ennuie (J’ai souvent l’impression d’être dans une salle des machines de supertanker). Ici les progressions étaient formidables, il y avait vraiment une sorte de tension dramatique. Je pense aussi que l’immersion passe par le volume dans ce cas.

      Les visuels étaient plein de trouvailles, c’est clair. Il parait que ça se fait de plus en plus (avec de l’eau aussi). J’ai aussi un doute sur le fait que le live soit comme l’album. J’avais pris cette video (pas très clair, ca ne rend pas bien), je n’ai pas retrouvé le morceau. L’effet était juste basé sur des cordes tentues puis relachées (pour les absents), magnifique !

      Voir en ligne : http://www.youtube.com/embed/MU0klfhuGEw

      repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)