Accueil > Critiques > 2013

Jean-Louis Murat - Toboggan

dimanche 19 mai 2013, par marc

Tel qu’en lui-même toujours il change


On dit parfois que le propre des artistes est d’aborder le même sujet de façon répétée et inlassable. Même si elle semble réductrice, cette considération colle tout à fait à Jean-Louis Murat. Parce que le début de l’écoute de ce Toboggan, on écoute du Murat pur jus, ce qu’on est venu chercher avant tout, avec les infimes nuances d’un album à l’autre qui passe les années sans coup férir.

Le charme Murat opère, comme toujours. Il y a toujours ces comptines hors d’âge (Le Chat Noir), avec des incrustations déformées un peu inquiétantes qui pourrait évoquer la ménagerie de Lisa Germano. On entend des chiens aussi. On le savait, l’inspiration de Murat est plus champêtre que citadine. Elle évoque plus les grands espaces, ceux où on peut même se perdre (Robinson). Chanteur maniant la langue avec amour, Murat est assez influencé par tous ces chanteurs américains, ces amateurs d’espaces sans fin. Même si la nature qui l’entoure et son rapport à l’homme est souvent au cœur de ses préoccupations, il ne faut pas le voir comme un chanteur régional.

Il semble garder quoiqu’il arrive une facilité à écrire et composer proprement soufflante, et il y a comme toujours de bien belles mélodies (Amour n’est Pas Querelle). J’imagine qu’il y a beaucoup d’effort pour avoir l’air aussi facile, mais c’est pour ça qu’on l’écoute album après album. Il a récemment dit en interview ‘Le sens, je m’en fous un peu’. Et on le croit parce que pour lui la musicalité prime. Ce n’est pas une façon de faire de la poésie pour la poésie, mais à l’instar d’autres (Bashung, ce genre), il y a de vraies fulgurances à la clé.

Comme il produit des albums à cadence régulière, puisque ce n’est plus effréné. On peut tenter de déterminer son humeur du moment. Donc, en ce début d’année 2013, il n’est pas très apaisé, un peu fatigué sans doute. Ou pas du tout, comme tend à le montrer ses longues tournées où il excelle. Ce garçon nous a déjà sorti un Suicidez-Vous Le Peuple Est Mort donc on ne va pas s’offusquer d’un J’Ai Tué Parce Que Je M’ennuyais

Pas de morceau plus rock sur ce Toboggan, plus mid-tempo. Par contre, cet album est accompagné de morceaux enregistrés en concert. Les morceaux live sont à la fois assez fidèles à ce qu’on entend en allant voir Jean-Louis en concert mais ne ressemblent pas du tout à ce qu’on a pu entendre récemment. Et ce n’est pas anodin, on ne doit pas le voir comme une manière de remplir l’album, mais sans doute comme une preuve de son éclectisme et de son ambivalence. Jean-Louis Murat est un artiste singulier, impossible de comparer à quoique soit d’autre que lui-même. C’est pour ça qu’on le suit album après album, et pourquoi notre fidélité est toujours récompensée.

http://www.jlmurat.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)