Accueil > Musique > 2013 > Mick Harvey - Four (Acts of Love)

Mick Harvey - Four (Acts of Love)

dimanche 14 juillet 2013, par Marc


La gratitude est un sentiment tenace. Même s’il s’était fait discret depuis plusieurs années, on doit tellement à Mick Harvey qu’on lui est reconnaissant de nous revenir de temps en temps. Les reprises de Gainsbourg sont évidemment encore dans toutes les mémoires mais il y a eu des choses plus profondes, qui marquent encore plus durablement. La simple évocation de Ghost of The Civil Dead a un effet érectile sur mes poils de bras. On retrouvait sur cette BO la bande habituelle, Anita Lane, Blixa Bargeld et Nick Cave.

A l’instar de celui du crooner crépusculaire d’ailleurs, le retour de Mick Harvey est tout de suite familier. Le rock sombre et intense fait toujours recette. La voix n’est pas celle de Nick Cave, certes, mais elle est complétement en place. Et suffit pour certains morceaux pourtant peu luxuriants. Cet album présente plusieurs reprises mais qui s’inscrivent tellement dans la continuité du reste qu’il faut consulter les notes pour les débusquer.

Dans les parties instrumentales, on se rappelle à quel point il excelle dans l’installation d’ambiances. On pense sur le Where There’s Smoke (Before) aux magnifiques musiques pour des films que personne n’a vu comme Alta Marea. Et il peut même se révéler un grand siffleur pour relever Midnight In The Remparts.

Il reste aussi des passages qui rappellent que l’environnement sonique de Mick n’est pas des plus pop et faciles. Ce qu’il fait du Summertime In New York vire un peu à la scie, mais on est à des kilomètres de ce qu’ont pu faire tous les membres de cette bande. Qui dit ‘art et essai’ dit aussi parfois ‘erreur’. Mais c’est tout à fait marginal, parce que ce qu’on retrouve surtout, c’est du rock sombre et racé (The Story Of Love des Saints), pétris de classe (Glorious) et parfois très épurés et relevés d’une science du son certain comme le The Way Young Lovers Do de Van Morrison.

Voilà un de ces albums qu’on se procure en période creuse parce que le nom rappelle de bien beaux souvenirs et on se fait happer comme si de rien n’était, on replonge comme il y a quinze ans et c’est toujours aussi bon.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)