Accueil > Concerts

Wooden Wolf, Aqua Rome, Saint-Gilles, 27/09/2013

samedi 28 septembre 2013, par marc

Insurpassable intimité


Quelle sont les meilleures conditions pour apprécier une musique ? Ca dépend de la musique, naturellement, mais il va de soi que pour ce qui est plus ’folk’, c’est l’intimité qui prime.

A Bruxelles, on a la chance d’avoir de petites salles bien accueillantes, la Rotonde étant unanimement appréciée par exemple. Mais on peut encore découvrir de nouveaux endroits comme cet Aqua Rome à Saint-Gilles. Je vous avais déjà dit tout mon enthousiasme pour le premier album de Wooden Wolf, donc je n’imaginais pas manquer la découverte en live.

C’est tout seul qu’Alexandre se présente à nous, avec une guitare, pas d’ampli, pas de micro. On l’a dit, c’est authentique jusqu’à l’os. Et là, impossible de tricher, de se sauver par un son hénaurme et de la pyrotechnie. Les morceaux de l’album sont toujours là, plus nus mais toujours souverains. Les introductions ne brisent pas le mystère, et établissent un contact bien sympathique. Bonne nouvelle, il y a beaucoup de nouvelles chansons. Une partie figurera sur un album en cours de mixage, et le reste, ben ce sera pour plus tard. On ne peut que s’en réjouir.

La justesse d’interprétation peut faire penser à Sophia et autres Conor Oberst. Ses références à lui sont plutôt Bonnie Prince Billy (un des nombreux avatars de Will Oldham) et Daniel Johnston dont il reprend le très beau True Love Will Find You In The End. On aura droit à d’autres reprises, These Boots Are Made For Walking ou l’exhumation de l’antique et mythique morceau de Woodstock de Country Joe Mc Donald (Give me a ’F’ !, ça se regarde ici) sur lequel il nous laissera, ravis et enchantés.

Un jour, Wooden Wolf aura le succès que son talent mérite. Et on se souviendra qu’on l’avait apprécié, tout seul et déjà au sommet de son art. Pour les rencontres, pour l’intimité des prestations, on sait qu’on reviendra ici.

Toutes ces photos et d’autres ici

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • The Veils, Botanique, Bruxelles, 11/06/2023

    Appelez-ça de la fidélité si vous voulez, mais quand The Veils passe en Belgique, on se doit de (re-re-re)voir ça. Mais reprenons les choses au début. La première partie est assurée par Nana M Rose qui déboule seule avec sa robe à volants et une claviériste. C’est forcément simple, on se dit que les morceaux sont recueillis et que sa voix est belle mais en au moins deux occasions, c’est bien plus fort (...)

  • Xiu Xiu, Botanique, Bruxelles, 31/05/2023

    S’il est vrai que les plaisirs viennent des contrastes, l’enchainement d’Elton John au Sportpaleis (oui oui c’était très bien) et de Xiu Xiu à la Rotonde du Botanique a de quoi ravir. Mais reprenons les choses depuis le début. Si vous êtes à la recherche d’une première partie qui met tout le monde dans l’ambiance, alors Landrose est un excellent conseil. Evidemment, il faut que le public potentiel accepte (...)

  • Albin de la Simone, Botanique, Bruxelles, 28/04/2023

    Les Nuits Botanique fêtent leurs 30 ans ! Pourtant, la fête n’est pas au rendez-vous. Pas de musique d’ambiance, pas de foodtruck en vue, seul le chapiteau dans le joli parc indique qu’on n’est pas un jour ordinaire.
    Passons, on est là pour revoir Albin de la Simone. On avait senti sur son dernier et excellent Les Cent Prochaines Annéesqu’il prenant un (petit) tournant. Ca se confirme sur scène avec (...)

  • Will Sheff, Botanique, Bruxelles, 10/03/2023

    Quelques images d’un concert une fois encore fantastique de Will Sheff. Avec de tous nouveaux musiciens, il garde toute son intensité et sa versatilité en fait une sorte de Neil Young pour la génération toujours dans la vie active. Evidemment, son seul album solo Nothing Special a fourni l’épine dorsale de la setlist, mais des classiques sont toujours là. On ne se lassera jamais d’Okkervil River (...)