Accueil > Musique > 2013 > Of Montreal - Lousy With Sylvianbriar

Of Montreal - Lousy With Sylvianbriar

mercredi 16 octobre 2013, par Marc


Kevin Barnes avait perdu pas mal de monde avec l’album précédent, très inégal et masquant un manque d’inspiration par un changement perpétuel épuisant sur la longueur. On savait que les variations seraient là, mais elles étaient un perpétuel défi à l’attention. C’est la première bonne surprise de cet album (le douzième…). On n’attendait un album qui glisse dans l’oreille et c’est sans doute le premier album d’Of Montreal auquel on puisse associer les qualificatifs de ‘plaisant’ et ‘agréable’. Et même dans le chef d’un artiste singulier et intransigeant, ce n’est ni anodin ni dépréciateur.

Pourtant, on est tellement dans un album d’Of Montreal qu’il est difficile de définir ce qu’on ressent et encore plus d’établir des comparaisons. Tout au plus se dit-on que le riff du premier morceau pourrait introduire un morceau de Blur.

Pourtant, au fil des écoutes, une idée étrange devient de plus en plus insistante. Musicalement, cet album m’a énormément fait penser à… Bob Dylan. Par exemple, Belle Glade Missionnary pourrait être un morceau de Blonde on Blonde si cet album avait été enregistré Chez Maman. Il y a même le phrasé lâche du maître de Duluth, ce qui est flagrant sur Imbecile Rages au refrain plus festif. Le spectre du Dylan d’Highway 61 Revisited plane sur Hegira Emigré. On pourrait aussi ajouter qu’ils partagent le même goût pour l’apposition de très clair et d’obscur, de complication et de limpidité. Pour rester dans la même époque, la folie latente pourrait le rapprocher de Syd Barrett. Revisiter les sixties n’est pas la même chose selon qu’on s’appelle Barnes ou Deschanel.

Et puis on écoute les paroles de Colossus et on prend un coup sur la tête. « Your mother hung herself in the national theater when she was 4 month pregnant with your sister”. Cotillons, tout ça tout ça. Et on n’est pas au bout puisqu’on croisera aussi un “I make myself a monster just to feel something ugly enough to be true” sur Triumph Of Disintegration qui martèle “Running away solves everything”. Et ce ne sont que des exemples pris au vol. On ressent cette bienvenue lourdeur tout au long du Lent et désespéré Obsidian Currents. Pourtant, ce n’est vraiment pas la morosité qu’on ressent au sortir de cet album qui reste un pur produit Of Montreal, festif malgré tout.

Finis les morceaux qui changeaient de direction toutes les 27 secondes, Kevin Barnes arrive à fixer son attention et la nôtre. Est-ce la lassitude qui le pousse à plus de sobriété ? On ne sait pas vraiment, parce que si les textes n’ont jamais paru aussi noirs, ceci est l’album le plus fluide d’Of Montreal. Kevin Barnes semble revenir vers nous, sachant qu’il n’a pas à craindre pour son originalité, qu’il peut conserver tout ce qu’on aime chez lui.

http://www.ofmontreal.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)