Accueil > Concerts

My Little Cheap Dictaphone, Botanique, 30/01/2014

jeudi 30 janvier 2014, par marc

Ils sont prêts


Après les premières bordées d’albums, le premier concert est un fait marquant de l’année nouvelle. Pour lancer les hostilités de 2014, c’est le retour des Liégeois de My Little Cheap Dictaphone qu’on va voir.

Le Botanique est étrangement bondé ce soir. Il faut dire que le Parti Socialiste y organise un événement pour lancer sa campagne. L’impression de se faire marcher sur le territoire est assez prégnante. Mais on oublie tout ça bien vite en entrant dans la toujours conviviale salle de la Rotonde. Qui pour le coup est bien garnie. Comme ce concert est présenté comme release party du nouvel album, tout ce que le royaume compte comme fans et connaissance a l’air d’être là, plaçant le groupe en terrain conquis.

A l’heure qu’il est, je n’ai écouté qu’une fois The Smoke Behind The Sound. Pas assez pour s’imprégner des nouveaux morceaux, mais c’est suffisant pour donner envie et se rendre compte de leur nouvelle orientation. On reparlera très bientôt de cet album, c’est promis.

Quatre musiciens entrent en scène, il faut chercher en l’air pour voir le chanteur, qui avec une lampe de poche chante le premier morceau d’un des balcons de la salle. C’est une coquetterie pas trop utile, mais qui montre qu’ils sont aussi là pour s’amuser.

Evidemment, c’est dans ce nouvel album que la setlist puise abondamment, avec d’inévitables et bienvenues incursions dans le très bon The Tragic Tales of a Genius. Etrangement, ces morceaux dépouillés de leurs arrangements ambitieux apparaissent comme plus directs, moins subtils que les nouveaux. Mais pour le public, se retrouver en terrain connu avec What Are You Waiting For, He’s Not There ou Holy Grail est rassurant. Pour le reste, comme la première impression sur l’album, on alterne entre morceaux très denses qu’on a envie d’approfondir (le terrifiant final de Fire) et plus légers et synthétiques (dont le single Bitter Taste Of Life, Down The Rabbit Hole), ce qui donne une allure inégale au niveau de l’émotion générée.

Le groupe est en place, Redboy est engagé et motivé comme toujours, s’époumone même parfois à l’occasion, leur discographie est finalement bien taillée pour la scène, tout comme celle de leurs compatriotes Girls In Hawai à qui on pense parfois. Après quelques concerts, avec une setlist plus resserrée, ce MCLD-là va sans doute avoir une belle carte à jouer dans les festivals. Maintenant, on a envie de revenir sur cet album qui promet beaucoup.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Veils, Botanique, Bruxelles, 11/06/2023

    Appelez-ça de la fidélité si vous voulez, mais quand The Veils passe en Belgique, on se doit de (re-re-re)voir ça. Mais reprenons les choses au début. La première partie est assurée par Nana M Rose qui déboule seule avec sa robe à volants et une claviériste. C’est forcément simple, on se dit que les morceaux sont recueillis et que sa voix est belle mais en au moins deux occasions, c’est bien plus fort (...)

  • Xiu Xiu, Botanique, Bruxelles, 31/05/2023

    S’il est vrai que les plaisirs viennent des contrastes, l’enchainement d’Elton John au Sportpaleis (oui oui c’était très bien) et de Xiu Xiu à la Rotonde du Botanique a de quoi ravir. Mais reprenons les choses depuis le début. Si vous êtes à la recherche d’une première partie qui met tout le monde dans l’ambiance, alors Landrose est un excellent conseil. Evidemment, il faut que le public potentiel accepte (...)

  • Albin de la Simone, Botanique, Bruxelles, 28/04/2023

    Les Nuits Botanique fêtent leurs 30 ans ! Pourtant, la fête n’est pas au rendez-vous. Pas de musique d’ambiance, pas de foodtruck en vue, seul le chapiteau dans le joli parc indique qu’on n’est pas un jour ordinaire.
    Passons, on est là pour revoir Albin de la Simone. On avait senti sur son dernier et excellent Les Cent Prochaines Annéesqu’il prenant un (petit) tournant. Ca se confirme sur scène avec (...)

  • Will Sheff, Botanique, Bruxelles, 10/03/2023

    Quelques images d’un concert une fois encore fantastique de Will Sheff. Avec de tous nouveaux musiciens, il garde toute son intensité et sa versatilité en fait une sorte de Neil Young pour la génération toujours dans la vie active. Evidemment, son seul album solo Nothing Special a fourni l’épine dorsale de la setlist, mais des classiques sont toujours là. On ne se lassera jamais d’Okkervil River (...)