Accueil > Musique > Concerts > Thee Silver Mt Zion Memorial Orchestra, Botanique, 27/02/2014

Thee Silver Mt Zion Memorial Orchestra, Botanique, 27/02/2014

vendredi 28 février 2014, par Marc

La claque et la caresse


Quand la chance de revoir les attachants Canadiens de Silver Mt Zion se présente, on n’hésite jamais longtemps. Et on fait bien.

L’artiste qui se produit en première partie est aussi dans la grande famille du label Constellation. C’est en effet sur cette prestigieuse signature qu’on retrouve les albums d’Eric Chenaux. La bonne nouvelle c’est qu’il chante un peu comme Patrick Watson, de façon très douce et haut perchée. Son jeu de guitare par contre, sans doute virtuose, lasse assez vite. Ces arpèges qui s’égarent, ces accords modifiés par un vibrato omniprésent et de l’occasionnelle auto-wah tiennent plus de la complaisance que du plaisir auditif. On prend patience parce que le bonhomme inspire bien plus de sympathie que de plaisir auditif.

La sympathie pour Thee Silver Mt Zion Memorial Orchestra (c’est leur appellation du moment, stable depuis quelques albums est en tous cas intacte. Toujours disposés en demi-cercle devant un mur d’amplis, toujours à cinq, on les retrouve tels qu’on les aime, motivés et chaleureux.

On a déjà dit tout le bien qu’on pensait du dernier album et cette impression favorable sera confirmée par ce concert, vu qu’ils en reprennent la totalité. Pas d’échauffement, pas de tergiversations, ils commencent franco par Fuck Off Get Free après avoir précisé qu’ils ne se sentent pas du Québec mais de Montréal. On prend donc lourd, fort, puissant. Ils ne sont donc que 5 pour tout ce son. Les deux violons de Jessica Moss et l’indispensable Sophie Trudeau (qui mène la danse de Godspeed You ! Black Emperor, groupe qui a compté trois des membres de la formation du jour), une section rythmique basse-batterie (Thierry Amar et David Payant) bien puissante et solide et puis la guitare distordue d’Efrim Menuck. Ils ont maintenant un son et des morceaux énormes pour le faire vibrer. Alors on vibre aussi quand le morceau se retourne et se tord, quand ils enchainent avec le non moins implacable Austerity Blues.

Les deux morceaux suivants (Rains Thru The Roof And Three Grande Ballroom et Take Away These Early Grave Blues), pour ne pas laisser de répit. L’étreinte ne se déserre que quand ils retrouvent un morceau de l’album précédent, le plus lent et bruitiste ’Piphany Rambler. C’est le moment le moins passionnant du concert, la transition entre le début tonitruant et la suite qui retrouve de la vigueur.

Efrim préfère crier ses interventions hors micro, ce qui les rend plus personnelles et autorise aussi quelques surgissements (Justin Bieber is no musician, he’s a child pornography sex doll)

Ils plantent de façon prévisible un inédit appelé All The Kings Are Dead qui montre qu’ils ne dévieront pas tout de suite de leur puissante façon actuelle. Mais le morceau de bravoure après l’introduction reste sans doute What We Loved Was Not Enough qui utilise une de leurs autres possibilités, celle de leurs harmonies vocales, de leurs phrases répétées et entêtantes. En tous cas, le "And the days come when we no longer feel" m’est resté en tête pour le reste de la soirée.

Ca y est, c’est tout, ils ne reviennent que pour le très doux Little Ones Run en rappel, les deux chanteuses nous assurent un atterrissage en douceur. Pas à dire, cette formation unique maîtrise la caresse et la claque...

Les images sont ici.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Thee Silver Mt Zion Memorial Orchestra, Botanique, 27/02/2014 1er mars 2014 16:43, par thibaultdebe

    Super concert en effet, et quel bonheur de les retrouver car cela faisait longtemps malgré les 2 lives de Godspeed entre temps.
    J’avais peur d’une set-list quasi exclusive au dernier album mais j’ai vraiment été bluffé par la puissance du son, quasi metal par moment.
    Très belles photos !!!

    ps : si jamais, petit lien ou je poste, news, petite chronique sans prétention, oldies, ... : https://www.facebook.com/sliiceofmusiic

    repondre message

  • ’piphany rambler 2 mars 2014 17:19, par claude

    "L’étreinte ne se déserre que quand ils retrouvent un morceau de l’album précédent, le plus lent et bruitiste ’Piphany Rambler. C’est le moment le moins passionnant du concert, la transition entre le début tonitruant et la suite qui retrouve de la vigueur."

    Désolé, mais ’pipahny rambler c’était le moment magique du concert qui les a fait entrer dans une transe collective… je ne sais pas pour les autres, mais pour moi, c’était le début d’une magie .. ils jouaient d’une manière quasi parfaite pendant le reste de la soirée..

    MAGNIFIQUE !

    repondre message

    • ’piphany rambler 3 mars 2014 17:21, par Marc

      @thibaultdebe

      En fait, la setlist était vraiment articulée autour du dernier album. Leur son, bien que très distordu, n’en est peut-être pas ’metal’ pour autant. Je suis allé faire un tout sur ta page et c’est bien sympa !

      @claude

      On dirait que les perceptions sont un peu différentes. Mais je confirme que j’ai préféré ce qui a suivi et ce qui a précédé ce morceau. Ceci dit, il était sans doute indispensable à l’équilibre du set, plus direct et moins rêveur que le reste...

      repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)