Accueil > Critiques > 2014

Fanfarlo - Let’s Go Extinct

jeudi 6 mars 2014, par marc


Fanfarlo nous avait sorti il y a deux ans un album qu’on n’avait pas vu venir. Après un premier essai qui était quand même dans l’ombre encombrante d’Arcade Fire, ils avaient mis le cap sur un son plus lisse et rond, un peu marqué eighties qui leur allait ma foi fort bien.

Ce qu’on nous avait laissé espérer, c’est une synthèse des deux premiers. Ils gardent leur ampleur, la variété des instruments bien intégrés, et un rythme élevé pour que tout reste en place du début à la fin mais ne comptez pas pour autant retrouver l’insouciance folk du premier album. Il y a cependant toujours une touche de mélancolie qui les rend attachants mais ils ont abandonné le créneau de l’émotion pure, celle qu’on pouvait retrouver au détour du tellement fort Luna.

Le premier morceau est mélodique en diable, on les retrouve donc en forme jusqu’à la jolie et charmante balade finale. Entre les deux, Painting With Life ne parait pas plus passionnant que ça de prime abord et puis paf, ils plantent l’accélération qu’il faut, et l’abrègent presqu’aussitôt. Les voix mixtes dédoublées de The Grey and Gold rappellent les grandes heures de musique d’autoroute (Fleetwood Mac, ce genre, mais sachez que ce n’est pas une étiquette dépréciative), et on remonte le temps vers les sautillantes eighties avec Landlocked.

Etrange, cet album ressemble furieusement au second mais m’a fait le même effet que le premier. Comme Fanfarlo reste un peu maniéré, on doit prendre leurs albums morceau par morceau et se faire son propre avis. Comme Efterklang et d’autres cependant, ils semblent avoir trouvé leur style et cet album qui laisse peu de marge à la critique descriptive encaisse les hautes rotations sans coup férir.

http://fanfarlo.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)