Accueil > Musique > 2014 > Fanfarlo - Let’s Go Extinct

Fanfarlo - Let’s Go Extinct

jeudi 6 mars 2014, par Marc


Fanfarlo nous avait sorti il y a deux ans un album qu’on n’avait pas vu venir. Après un premier essai qui était quand même dans l’ombre encombrante d’Arcade Fire, ils avaient mis le cap sur un son plus lisse et rond, un peu marqué eighties qui leur allait ma foi fort bien.

Ce qu’on nous avait laissé espérer, c’est une synthèse des deux premiers. Ils gardent leur ampleur, la variété des instruments bien intégrés, et un rythme élevé pour que tout reste en place du début à la fin mais ne comptez pas pour autant retrouver l’insouciance folk du premier album. Il y a cependant toujours une touche de mélancolie qui les rend attachants mais ils ont abandonné le créneau de l’émotion pure, celle qu’on pouvait retrouver au détour du tellement fort Luna.

Le premier morceau est mélodique en diable, on les retrouve donc en forme jusqu’à la jolie et charmante balade finale. Entre les deux, Painting With Life ne parait pas plus passionnant que ça de prime abord et puis paf, ils plantent l’accélération qu’il faut, et l’abrègent presqu’aussitôt. Les voix mixtes dédoublées de The Grey and Gold rappellent les grandes heures de musique d’autoroute (Fleetwood Mac, ce genre, mais sachez que ce n’est pas une étiquette dépréciative), et on remonte le temps vers les sautillantes eighties avec Landlocked.

Etrange, cet album ressemble furieusement au second mais m’a fait le même effet que le premier. Comme Fanfarlo reste un peu maniéré, on doit prendre leurs albums morceau par morceau et se faire son propre avis. Comme Efterklang et d’autres cependant, ils semblent avoir trouvé leur style et cet album qui laisse peu de marge à la critique descriptive encaisse les hautes rotations sans coup férir.

http://fanfarlo.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)