Accueil > Critiques > 2014

Barzin - To Live Alone In That Long Summer

lundi 17 mars 2014, par marc


Quand le temps passe, ou quand la mémoire manque, il est toujours bon de d’utiliser des béquilles informatiques. Qui rappellent, par exemple, que j’avais parlé d’un album de Barzin il y a plusieurs années. Ce qui m’avait marqué à l’époque, c’était une troublante ressemblance avec Spain.

Disons-le tout de suite, cette filiation tient toujours, reste pertinente, mais l’interprétation qu’on peut en avoir va sensiblement différer. Je m’explique. En 2006, Spain n’avait plus rien produit après ses trois premiers albums, dont on avait d’ailleurs fort opportunément oublié le troisième. Comme toute musique qui avait marqué un style, elle semblait un peu insurpassable. Depuis, ils se sont plus ou moins plantés avec The Soul Of Spain, ce qui relativise les choses. Hasard du calendrier, la bande à Josh Hadden revient avec un autrement plus convaincant Sargent Place dont on vous parlera très bientôt. Et surtout, Barzin a affiné sa personnalité, et donne de très bonnes raisons de s’attarder sur son cas.

C’est surtout la confrontation entre la voix douce et les arpèges très clairs qui ramènent immanquablement à Spain mais on arrive aussi très facilement à oublier ces souvenirs pour profiter de l’instant. Dès les accords de piano du premier morceau, la douceur est installée, on s’en enveloppe déjà. Dès la première écoute, on sent deux choses : qu’on va bien aimer ça et qu’on aura du mal à en dire grand’ chose. Mais ce n’est pas grave, c’est le plaisir de l’auditeur qui prime la confusion du critique.

Tempo lent, batterie très simple et légère, piano, cuivres discrets en fond, Fake It ‘till you Make It passe en revue toute la palette de moyens du Canadien. Cette musique délicate n’aime pas trop appuyer ses effets mais reste suffisamment intense pour ne pas se laisser oublier trop facilement. Il faudra donc laisser cet album venir à vous, pour que la douceur de Without Your Light vous accueille. Le petit côté jazzy d’In The Dark You Can Love this Place apporte un petit brin de variation, avec un peu de steel en fond

Il arrive parfois que la longueur d’une critique soit inversement proportionnelle au nombre des écoutes. Vous l’aurez compris, la musique fouillée et simple à la fois de Barzin est de celles qui peuvent remplir un quotidien sans alimenter les conversations. Et finalement, c’est sans doute la plus belle de ses qualités.

http://www.barzinh.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)