Accueil > Musique > 2014 > St Vincent - St Vincent

St Vincent - St Vincent

lundi 24 mars 2014, par Marc

Annie la moderne


La modernité est une idée ancienne, pour ne pas dire une idée du passé. Spécialement en musique, où être dans l’air du temps s’apparente souvent à suivre le revival du moment. Pourtant, quand on écoute ce nouvel album de St Vincent, les références ne servent pas à grand-chose, tout au plus peut-on s’appuyer sur ce qu’on connait et a aimé chez elle. Pour une fois, on a l’impression d’entendre de la musique moderne. Pas une actualisation de choses anciennes, pas une mode, pas un substitut d’une gloire passée, mais la sensation d’écouter ce qui se fait d’intéressant ici et maintenant en 2014. Un peu ce qu’on avait ressenti en écoutant Björk il y a 20 ans. D’ailleurs, on peut à l’Islandaise sur le bruissant Rattlesnakes.

C’est rare, mais il arrive parfois un point où les écoutes sont tellement nombreuses, où cet album est tellement assimilé qu’il annihile la critique. Ce qu’on peut en dire, c’est qu’il est d’office addictif et supporte d’être écouté très souvent, ce qui n’était pas toujours le cas des albums précédents d’Annie. Et puis on reprend l’analyse, on se remet à la chasse au détail et là, impossible de le nier, on a affaire à un grand album. Il semble facile mais très tentant de comparer les pochettes et l’impression qu’elles laissent. Après avoir montré sa charmante et innocente frimousse, Annie Clarke se la joue reine des glaces et sophistication. On a appris à la connaitre, à l’apprivoiser, à distinguer chez elle ce qu’on aimait (ce mélange de feu et de glace) de ce qui nous déconcertait (justement, ce mélange de sucre et d’âpreté), mais on ne peut qu’être surpris par ce nouvel aplomb, et sa capacité à maintenant tout réussir.

Et si on allait chercher chez elle ce qu’on ne retrouve plus toujours chez Bowie ? C’est sans doute un peu forcé, mais elle aussi ose et réussit le grand écart entre facilité pop et explorations. Essayer de cerner le style de St Vincent c’est se condamner à l’échec. Quelques artistes singulières qui savent mêler le chaud et le froid grâce à une technique sans faille. Natasha Khan et Annie Clarke sont de celles-là. Sa voix suffit à remplir l’espace, à orienter à elle seule tout Prince Johnny (est-ce scandaleux d’y entendre un peu d’Alanis Morissette ?).

Mais les plaisirs de cet album sont souvent plus complexes, comme le brillant Birth In Reverse. Et quand Huey Newton semble plus anecdotique, elle le secoue d’un buzz bien plaisant. Digital Witness et sa pulsation est sans doute ce RnB futuriste dont tellement se réclament et que presque personne ne réussit. Puis elle enchaine sans choquer avec le plus sucré (I Prefer Your Love –NDLR to Jesus) qui est bien moins collant que les moments équivalents du passé. Est-ce une réponse à Nina Persson qui affirmait Love is stronger than Jesus/It can kill anyone ?

Donc St Vincent n’était pas une mode passagère, ou quelqu’un qui a tout dit d’emblée. Pourtant, l’album précédent ne m’avait pas complétement séduit (pas plus que sa collaboration avec le légendaire David Byrne). On pensait qu’on avait fait le tour de ses trucs et ficelles. On se trompait lourdement. Album de la maturité ? Sans doute pas parce que le but d’Annie Clarke n’est pas de trouver la formule qui marche, mais de continuer à chercher. Mais son style s’affine, s’affirme album après album et pour la première fois, on cède sans réserve.

http://ilovestvincent.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • St Vincent - St Vincent 5 avril 2014 07:52, par Laurent

    Enfin un "quatre étoiles" ! On est bien d’accord que les cotations, ça reste un prétexte et une notion peu essentielle, mais juste pour le clin d’œil : depuis quelques mois j’ai vu défiler dans ces pages plusieurs albums à qui j’aurais bien rajouté 20% d’estime ! Le dernier St Vincent est en tout cas un honnête coup de cœur ; comme toi je suis resté un peu imperméable aux deux derniers (dont celui avec Byrne) et c’est vrai que pour le coup la miss a retrouvé la forme des débuts. Bonjour chez toi !

    repondre message

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)