Accueil > Musique > 2014 > Spain - Sargent Place

Spain - Sargent Place

mardi 29 avril 2014, par Marc


Quand on est le fils d’un musicien de jazz réputé, il est difficile de se faire un prénom. Pourtant, il n’a pas fallu longtemps à Josh Haden pour s’en faire un puisqu’il a gravé dans le marbre les deux premiers albums de Spain. De plus, sur leur cinquième album, on note la présence de Charlie Haden, le père sur le morceau You and I. Mais le groupe a aussi fait des petits, inspirés par ce lointain exemple. Et comme parfois, ceux qui perpétuent la flamme peuvent se révéler plus intéressants que leurs modèles. C’est un peu ce qui s’est passé avec Barzin, devenu plus passionnant que Spain. Enfin, ce n’est pas un concours mais les anciens vont reprendre la main avec ce Sargent Place.

Il y a déjà une intéressante montée électrique sur Love At First Sight, qui met dans d’excellentes dispositions et aide à dissiper le souvenir maussade qu’on avait gardé de l’album précédent, passablement décevant. Il leur faut donc moins de deux minutes pour nous reconnecter avec leur brillant passé. Pour encore mieux nous convaincre de leur retour en forme, ils retrouvent cette simplicité extrême qui touche au but.

Certaines mélodies (Let Your Angel, In My Soul) sont à tomber. Simples, prenantes, répétitives, entêtantes, classiques à la première écoute. Même quand ils poussent Sunday Morning jusqu’au mid-tempo dans un accès de folie incontrôlable, ça reste très agréable

L’exercice de la critique peut être assez frustrant quand on n’arrive pas à mettre le doigt sur ce qui plait plus ou moins qu’avant. Mais tout fonctionne ici, alors que pour le même tempo, c’était un bâillement qui accompagnait l’écoute du précédent. Si vous n’avez plus écouté le groupe depuis The Blue Moods Of Spain ou n’en avez jamais entendu parler (on ne sait jamais, peut-être que des jeunes me lisent…), ceci est une bien belle façon de raccrocher le wagon ou sauter dedans à pieds joints. Mais lentement.

http://www.spaintheband.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)