Accueil > Musique > Concerts > Cecilia::Eyes, AB Club, 08/05/2014

Cecilia::Eyes, AB Club, 08/05/2014

mardi 13 mai 2014, par Marc


C’est quand une occasion comme celle-ci se présente qu’on se rend compte de la vitesse du temps qui passe. Parce qu’il y a déjà cinq ans que la précédente Labelnight de l’éclectique label Depôt214 a eu lieu, dans cette même salle de l’AB Club

Petit changement au casting, c’est David Lund qui ouvre la scène, tout seul comme un grand. Malheureusement, la toujours pénible circulation bruxelloise ne me permettra pas d’en voir grand’chose, si ce n’est qu’on peut tenir une scène tout seul avec une basse et une pédale de loops. Match remis donc.

Mais j’étais surtout là pour le retour aux affaires de Cecilia::Eyes, qui présentait sur scène son tout nouvel album Dissapearance (le bandcamp est ici) dont on vous reparlera bien évidemment.

Découvrir de nouveaux morceaux n’est pas toujours facile en live, sauf pour cette musique instrumentale au potentiel évocateur intact. S’il fallait décrire l’orientation, on pourrait dire qu’ils se concentrent sur le son. En plus d’une batterie qui sert de véritable point d’articulation, ce sont trois guitares et une basse ou deux guitares et deux basses qui s’occupent des textures, de l’indispensable densité. Et l’effet est assez spectaculaire. En sus des morceaux récents, ils rejoueront Peter Star enchâssé dans un autre que je n’ai pas réussi à indentifier. Notons pour finir que le son était très bon et n’était pas trop poussé (ce qui est parfois le cas au Club), participant donc à la réussite de l’expérience.

Par rapport à la première fois, My Tv Is Dead m’a semblé bien plus convaincant, jouant il est vrai devant un public tout acquis à sa cause. Il faudra donc que je me penche un peu plus sérieusement sur leur cas.

On ne le dira jamais assez, les labels ont une importance cruciale dans la passion musicale, et passer les encourager de temps à autres est pratiquement un devoir citoyen.

Toutes les photos sont ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)