Accueil > Critiques > 2014

First Aid Kit - Stay Gold

vendredi 25 juillet 2014, par marc


Lors d’une émission radiophonique, j’ai pu entendre un expert en musique se plaindre de l’uniformisation de la scène musicale, coupable selon lui de la perte de tous les intéressants particularismes locaux. Ce point de vue est très défendable, certes, mais quand il a pris pour exemple la variété suédoise, j’ai trouvé l’exemple particulièrement mal choisi. Parce que si le chant dans cette langue nordique se perd peu à peu (ce dont l’auditeur francophone se cogne un peu), on constate depuis fort longtemps une santé éclatante de cette très multiple scène qui est une des rares à exporter avec régularité ses talents. Alors, oui, Lykke Li, The Knife, Frida Hyvönen (voire ABBA ou Europe pour les moins mélomanes d’entre vous) chantent en anglais, mais leur origine apporte une fraicheur bienvenue et ils ont su porter leur talent au-delà de leurs frontières.

Pour les deux sœurs de First Aid Kit, la fusion dans l’élément américain est même carrément soufflante. Non seulement elles ont su progresser de plusieurs paliers à la fois, mais elles imposent maintenant un album qui sonne comme un classique instantané. Evidemment, elles profitent de la figure tutélaire de l’excellent Conor Oberst (elles crient comme lui sur Heaven Knows) avec qui elles partagent le producteur Mike Mogis, mais ces chansons-là, elles ne doivent rien à personne.

Parce qu’elles Jolies choses comme shattered & Hollow qui montre qu’elles n’ont pas besoin de grand’ chose pour séduire. Ça, on le savait déjà depuis qu’on les a découvertes par hasard un soir de Rotonde. Cette fois-ci, elles ont dû se dire que ce n’est pas parce qu’on peut se contenter de peu qu’il faut le faire. Les morceaux les plus emballants ici sont donc ceux qui sont le plus luxuriants (magnifique Stay Gold) parce qu’ils savent rester mélodiques.

La voix est toujours aussi plaisante, puissante et sans gouaille excessive. C’est peut-être ce dont nous gratifierait Zooey Deschanel si elle n’était pas caramélisée une fois pour toutes dans des années soixante rose bonbon. Elles chantent à l’unisson, sans utiliser de seconde voix et l’effet est toujours séduisant.

Les tenants radicaux d’un folk tout nu seront sans doute moins à la fête mais on se rend vite compte que c’est cette ampleur qui leur permet de s’exprimer au mieux. Leur progression apparait donc comme logique et linéaire. Cet album à la constance assez exceptionnelle rappelle que la force de l’Amérique est d’être une terre d’accueil.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des (...)