Accueil > Musique > 2014 > Dry The River - Alarms In The Heart

Dry The River - Alarms In The Heart

jeudi 28 août 2014, par Marc

Avant-dernier stade


S’il m’arrive parfois de discerner ce qui pourrait plaire à mon lectorat (c’est vous, ça), il m’est par contre beaucoup plus compliqué de prédire le destin commercial d’une formation. Il n’en reste pas moins que certains albums semblent se donner les moyens d’élargir leur audience.

On vous avait déjà parlé deux fois de Dry The River. Lors de leur découverte en première partie de The Antlers tout d’abord, pour un premier album encourageant ensuite. Il est à noter que cette première livraison avait été suivie d’une version acoustique qui semblait être née de la volonté de contrer toute réticence face à leur son trop gros. Cette anecdote devient assez étrange à l’écoute de leur second album, qui privilégie encore plus que son prédécesseur une volonté d’être hénaurme.

Leur violoniste William Harvey a quitté la formation et on le ressent d’emblée. C’est en effet la guitare qui prend les choses en main, et il ne reste des cordes que pour appuyer Vessel. Les comparaisons avec leurs concitoyens (ils sont aussi Londoniens) de Mumford & Sons ne sont donc plus de mise. Par contre, la référence occasionnelle aux Killers pourra encore être resservie. La mélodie du refrain d’Hidden Land laissant peu de doute à ce propos.

Principale différence avec la formation de Las Vegas, la voix, haut perchée, bien moins lisse et qui leur confère plus de sympathie et tempère leurs ardeurs de conquête de stades. Parce que l’ampleur est là (Roman Candle), les morceaux sont plaisants (Everlasting Light) et ils ont compris que ne pas laisser trop souvent fléchir le tempo est le meilleur moyen de garder son audience avec soi. En voyant la durée du dernier morceau, on avait espéré qu’ils se lancent de nouveau dans le morceau épique qui transcendait l’album précédent. Las, il s’agit de cette déplorable relique des années ’90, le morceau caché.

Certes, on lorgne plus du côté de groupes comme Keane (la voix et les mélodies peuvent aussi évoquer Tom Chaplin) et de ce fait on se trouve un peu plus éloignés des goûts habituels des nombreux rédacteurs de ce site. En plus, dans un genre connexe, l’engagement sans faille de Broken Records a bien plus séduit récemment. Il faut donc réajuster l’attente, et finalement se rendre compte que Dry The River fait partie de ces groupes issus du landerneau indie (entendez : qui n’ont pas eu de gros battage médiatique à leurs débuts) et qui sont sans doute destinés à peupler les affiches des festivals d’été. C’est tout ce qu’on leur souhaite, en espérant aussi qu’ils évitent de tomber dans le côté pompier (Muse) ou neuneu (Coldplay) de la force.

http://drytheriver.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)