Accueil > Musique > 2014 > Spoon - They Want My Soul

Spoon - They Want My Soul

mardi 9 septembre 2014, par Marc


Me croirez-vous si je vous dis que cet album était un de ceux que j’attendais le plus cette année ? Pourtant, tous les indicateurs n’étaient pas au vert. Tout d’abord, il y avait cet aveu du groupe d’être ‘sec’ après Transference, d’être un peu au bout du rouleau et de l’inspiration. Ce dernier était un bon album, certes, mais trop aride et cérébral pour ne pas sonner comme une douche froide après la flamboyance du crétinement nommé Ga Ga Ga Ga Ga.

Le chanteur Britt Daniel a profité d’un hiatus pour fonder avec Dan Boeckner un bon groupe nommé The Divine Fits. C’était bien, certes, mais on attendait de pied ferme le retour d’un groupe qui n’a finalement jamais déçu. Eh bien voilà, il est là, ce They Want My Soul, huitième album qui a la constance et la fraîcheur des premiers albums qu’on a tant aimés (Bloc Party, Foals, The Rapture) mais la bouteille de ceux qui savent qu’ils planent là, tout en haut.

Inside Out est un des rares moments moins emballants de cet album. Etrangement, il est situé au début, retardant le véritable démarrage. Mais ce n’est qu’un pas en arrière pour mieux sauter. On prend sa battue avec Rainy Taxi et n’atterrit plus jamais. En deux accords, la tension se crée avec une facilité déconcertante.

Il est difficile de communiquer son enthousiasme pour une musique aussi simple. Tout comme les Bowie d’il y a quarante ans semblaient une variation sur du ‘bête’ rock d’un premier abord avant de révéler leur génie, la musique de Spoon n’est pas virtuose, mais c’est de l’équilibre que naît sa force. Surtout que certains morceaux ne sont pas spécialement spectaculaires. Fort heureusement, ceux qui le sont ne manquent pas et compensent plus que largement.

Ah, ces petites déflagrations presque masquées de Knock Knock Knock. Le rythme est n’est pas rapide, mais le son de guitare est assez percussif et ils sont même arriver à incorporer des sifflements de façon pertinente. Donc si c’est plutôt sec, la finition est exemplaire. Et puis ces riffs très distordus mais pas irritants sont comme un assaisonnement bien senti. Cet album est aussi bien équilibré. A part son début un peu moins engageant, on alterne des hauts faits (l’irrésistible et discoïde Outlier, le plaisant et sautillant New York City Kiss) et des morceaux plus classiques en leur chef comme I Just Don’t Understand ou Do You.

Constamment sur le fil du rasoir, entre âpreté ultime et facilité pop, Spoon retrouve la facilité de l’antépénultième album, en mieux. Cet album qui grandit, grandit au cours des écoutes se profile donc comme un candidat sérieux au podium de fin d’année.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)