Accueil > Musique > 2014 > Tindersticks - Ypres

Tindersticks - Ypres

mardi 4 novembre 2014, par Mathusalem


Que ceux qui n’ont jamais ressenti l’oppressante sérénité d’un cimetière militaire me jettent la première pierre...On pourrait en faire des tonnes, On pourrait y aller au cynisme, au faussement frivole, mais on sent bien que cela relèverait du sacrilège.

Tindersticks a reçu une commande de la ville d’Ypres afin de meubler musicalement l’exposition dédiée à la première guerre mondiale... La bande à Staples s’est attelée à la tâche... Le résultat est immédiat, une immense gifle glacée et visqueuse en pleine figure, une musique qui ne s’attarde pas à expliquer la mort, ce serait tellement facile, mais bien l’absence totale d’espoir... La batterie désabusée et la voix de Stuart Staples, si caractéristiques n’y sont pas présentes...Ce n’était pas le but, on ne pouvait, dans des circonstances pareilles, mettre l’effet Tindersticks en avant... Non, la musique est ici entièrement vouée au souvenir de la guerre, de la boue, de l’attente résignée d’une balle, d’une bouffée de gaz ou d’une volée de Shrapnels.

Des phrases toutes faites qui s’écrivent spontanément dans la tête sifflent et tombent, comme des évidences, des obus...Des phrases qu’on n’a même pas envie de relier afin d’en faire un joli texte tant elles se suffisent à elles-mêmes.

Ypres s’écoute comme Proust se lit, par saccade, par épisode, la densité dégagée par l’un comme par l’autre étant à long terme difficilement assimilable...

Tindersticks a réussi en musique ce que Tardi avait fait en BD...
Et cette pochette qui devrait si bien parler aux Britanniques... Au-delà de la mer, on y voit la mort.

On cherche vainement quelques qualificatifs aussi, parce que, une critique, c’est avant tout trouver des mots... Le terme « poignant » s’impose rapidement, mais c’est encore beaucoup trop inoffensif, trop « Fleur bleue »... Et on hésite, submergé par l’émotion, à sortir le dictionnaire des synonymes... On abandonne vite, on se résigne et on choisi de poursuivre l’écoute, par respect...C’est ça oui... Par respect. De par le statut hors concours de cet album, une cotation serait malvenue, je pense... Par égard pour tous ces gens.

Article Ecrit par Mathusalem

Répondre à cet article

2 Messages

  • Tindersticks - Ypres 4 novembre 2014 16:05, par Le Sto

    J’ai fait l’erreur de l’écouter d’abord de manière attentive et j’ai trouvé cela un peu étouffant. Par contre en écoute "distraite", c’est assez beau...

    repondre message

    • Tindersticks - Ypres 4 novembre 2014 21:42, par Mathusalem

      @ Le Sto : Hé oui, cet album n’est, au départ, pas destiné à se suffire à lui même,ce n’est jamais qu’une bande son... Mais qui, en y associant d’autres medias (Pour l’instant et pour ma part imaginaires, vu que je n’ai pas vu l’expo) devrait gagner en signification... A lui seul, en tout cas, il a déjà un pouvoir d’évocation , de suggestion, assez puissant, assez étouffant, comme tu le dis...Il faut dire qu’il est passablement éloigné, dans sa construction, de ce que nous propose d’habitude la bande à Staples...

      repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)