Accueil > Critiques > 2014

The Callstore - Save No One

lundi 10 novembre 2014, par marc


Suivre les bons labels est évidemment une façon fiable de faire des découvertes. Le Bordelais Talitres fait évidemment partie des pourvoyeurs fiables et on peut encore une fois les féliciter d’avoir eu du flair avec cette découverte.

L’Intro de cet album est excellente mais finalement ne peut servir que de contrepied puisqu’elle est instrumentale et qu’il faut attendre le second morceau pour qu’intervienne une des grandes sources d’intérêt de ce groupe : la voix magnifique qui renvoie souvent à Matt Berninger de The National (voire Leonard Cohen ou Johnny Cash si vos goûts se portent sur des choses plus vénérables). Vous vous rappelez quand le groupe pouvait sortir un Daughter Of The Soho Riots ? C’en est troublant sur certains morceaux puisque même le débit vocal semble identique (la même façon de laisser des espaces sur Rich Man). Mais qu’importe, on adhère tout de suite, on sait qu’on va faire un gros bout de chemin avec eux. Ou, plus précisément, avec lui, donc même le nom nous est inconnu, Français installé à Londres depuis 15 ans (non, il n’a pas d’accent frenchie et c’est très bien comme ça) qui visiblement se demande s’il va se lancer dans le cirque de l’industrie musicale.

On espère qu’il va le faire, parce qu’on a tellement de choses ici qu’on souhaiterait retrouver sur d’autres albums ou sur scène. On aimerait retrouver cette électricité, ou alors ces morceaux dont la limpide simplicité en fait des classiques instantanés (Come On Then). Un peu de support vocal (sa propre voix en fait) vers la fin et c’est presque tout. En trois morceaux, on a déjà balayé un large spectre, ce qui d’emblée gomme les références trop évidentes pour la voix

Il y a de l’électricité dès Save No One, seul le son de batterie semble un peu trop mécanique, contrastant avec la chaleur du reste, notamment des chœurs. Il faut savoir que quelques-unes des tritouillages ont été faits sur… Playstation. Et c’est ce qui est le plus dément, c’est que non seulement on apprécie tout de suite, mais on se dit instantanément que ces morceaux, que cet artiste en a encore sous la pédale, que la forme définitive n’est sans doute pas atteinte encore. Les guitares sont plus acérées mais n’ont pas la complexité de The National (oui, on y revient).

On sent en effet un amour du bricolage, d’une certaine bidouille du côté de Thou Shall Be Broken. Les sons ne sont pas organiques (voire carrément électroniques sur In Between Tricks The Magician Bows), contrastant avec la chaleur de la voix. La voix à part, Above And Beneath Your Feet m’a fait penser à The Legendary Pink Dots et ce genre de comparaison peut vous faire comprendre que tout n’est pas limpide. Mais c’est l’exception.

Et puis il y a surtout de grands et beaux morceaux. The Letting Go est un grand morceau que vous allez garder avec vous. Un arpège, des violons en renfort sur la fin et puis cette voix qui répète It’s the letting/that’s hard you know. Oui, vous pourrez être hanté par ces belles choses qui ne laissent jamais la morosité prendre le pas sur l’émotion (Sad Sometimes).

Les nombreuses allusions ne devraient pas laisser de place à la tergiversation. Si vous venez ici en connaissance de cause, The Callstore a sa place chez vous comme il l’a trouvé chez moi.

http://www.talitres.com/fr/?lang=fr
http://www.deezer.com/album/8532845

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)