Accueil > Musique > 2014 > Girls In Hawaii - Hello Strange

Girls In Hawaii - Hello Strange

jeudi 25 décembre 2014, par Marc


On ne pourra pas reprocher aux Girls In Hawaii de retourner méditer après la sortie de leur album. Une copieuse tournée, un EP et puis ce live et puis une tournée dans la foulée. Ils voudraient s’empêcher de composer de nouveaux morceaux qu’ils ne s’y prendraient pas autrement. Pourtant, il semble impossible de les taxer de cynisme tant leur engagement semble sincère.

Du dernier EP composé de bons morceaux mais moins dans le ton de leur toujours recommandé Everestils reprennent d’ailleurs deux titres ici (Where Do Your Tears Come From et The Creek qui est un des bons moments de cet album). N’attendez donc pas un exercice Best-Of ou une facile transposition acoustique. Ces morceaux ont en effet été revus en profondeur. Ils remplacent même à l’occasion un gimmick par un autre et force est de constater que ça marche sur Rorschach. S’ils ne semblent pas avoir une facilité énorme à composer beaucoup de tous nouveaux morceaux, on sent leur envie de musique, leur goût de lancer des idées musicales.

Mais tout n’est pas dénaturé. Les hauts faits du dernier album gardent leur majesté et il est toujours plaisant de retrouver Mallory’s Heights et Switzerland. Par contre, il semble moins utile de reprendre The Spring, morceau très dénudé qui peut servir d’échauffement à l’album et tombe ici comme une douche froide. Misses par contre garde toute sa pertinence. On ne retrouve d’ailleurs pas de Chemistry. Sans doute qu’il semblait compliqué de le transposer alors que c’est sa fièvre électrique (enfin, toutes proportions gardées) qui en fait le sel. Je confirme d’ailleurs que je préfère toujours de loin les chansons du dernier album à toutes celles qui ont précédé.

Disons-le franchement, le live n’a pas toujours été leur domaine de prédilection, vocalement du moins. Sur un album studio ou sous la pluie fine de Dour, c’est très bien. Une fois consigné sur un live, ça pardonne moins évidemment.

Un album live est un prolongement souvent un peu inutile et redondant par essence. Celui-ci ne développe pas des qualités cachés du dernier album tant il était abouti mais tente une relecture et cet ça fonctionne. On est en tout cas loin d’artistes hors d’idées tentant de valoriser une énième fois un backcatalogue. Alors les amis, on se met à un nouvel album, maintenant ?

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)