Accueil > Musique > 2015 > Siskiyou - Nervous

Siskiyou - Nervous

samedi 21 février 2015, par Marc


On est parfois surpris de ne pas l’être. Découvrir un groupe qu’on ne connait pas n’est pas rare, surtout vu le nombre presqu’illimité de formations. Par contre, en trouver un qui additionne autant de points pour attirer mon attention, c’est déjà plus rare. Siskiyou est une formation canadienne, signée sur le légendaire label Constellation (Godspeed, ce genre), formé par un ancien (Colin Huebert) et un actuel membre (Erik Arnesen) des très bons Great Lake Swimmers. Quand j’aurai précisé qu’ils ont aussi invité Owen Pallett, vous aurez compris que je ne pouvais que croiser la route de la formation.

D’ailleurs, comme si ça ne suffisait pas, les défenseurs de cet album qui est en train de se forger une flatteuse réputation brandissent une comparaison avec l’Arcade Fire « d’avant ». N’en jetez plus, lançons-nous tout de suite dans ce Nervous. Et commençons par évacuer cette encombrante référence au couple Buttler-Chassagne. D’accord, quand la voix de Colin Huebert monte pour gorger Oval Window d’intensité, elle peut faire penser à celle de Buttler, mais si elle est vraiment expressive, cette ressemblance n’est pratiquement jamais littérale.

Certes, le petit clavier sur l’excellent morceau Imbecile Thoughts pourrait renvoyer au groupe de Montréal. D’accord, Babylonian Proclivities pourrait figurer sur The Suburbs, mais ce ne sont que de maigres références, bien éloignées des quasi-plagiats exécutés avec plus ou moins de soin (Of Monsters and Men, ce genre). Et puis surtout la musique de Siskiyou est bien personnelle, finalement semblable à elle-même et presque rien d’autre. Dans la même veine, on pense que les fans de Fanfarlo ou Other Lives seront les plus à même de succomber.

Il y a en effet un panache discret qui n’en fera jamais des faiseurs d’hymnes. Peut-être d’ailleurs y-a-t-il une origine médicale à cela. Le chanteur Colin Huebert a en effet souffert d’hyperacousie, condition qui réduit la tolérance à certains sons, obligeant un enregistrement à faible volume. Sans doute est-ce ce qui rend ces morceaux discrets, subtils et équilibrés. Aériens aussi puisque le premier morceau semble être en apesanteur, uniquement relié à la terre par le saxophone de Colin Stetson invité pour l’occasion.

Cette apesanteur se retrouve d’ailleurs à plusieurs occasions dont un très inspiré Babylionian Proclivities, et les rares explosions n’en prennent que plus d’ampleur (Oval Window), et ne cèdent jamais au spectaculaire gratuit. Les guitares de Jesus In The Seventies sont plutôt curesques, amènent un climax avant de rétracter leurs griffes. De même, la tension de Violent Motion Pictures est complètement rentrée. Cette discrétion rappelle aussi le très sous-estimé dernier album de Pulp.

Arrivés à ce point de l’article, vous savez déjà si Siskiyou est pour vous ou pas (si vous ne les connaissiez pas encore du moins). Leur fausse discrétion les réserve sans doute à u auditorat friand de subtilité et d’humanité qui ne se repait pas de clinquant.

http://siskiyouband.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Siskiyou - Nervous 21 février 2015 14:21, par Manu

    Aaaah Siskiyou, je les avais perdu de vue après un chouette concert au Bota et un premier album éponyme très réussi...
    Merci de les avoir remis dans mon radar, je m’en vais écouter ce Nervous de suite ;-)

    repondre message

  • Siskiyou - Nervous 23 février 2015 12:04, par Christophe

    Bonjour,

    Voilà un article qui va me faire aller écouter cet album qui traine dans mon Ipod depuis qques jours de ce pas !!

    Je reviens pour donner mon humble avis :)

    Bonne journée

    Voir en ligne : Christophe Peau

    repondre message

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)