Accueil > Musique > 2015 > Mount Eerie - Sauna

Mount Eerie - Sauna

lundi 23 février 2015, par Marc


Sans doute que si on tentait le recensement, on se rendrait compte que toutes les fusions et mélanges de styles musicaux ont déjà été réalisés. Mais le style n’est pas qu’une question combinatoire. Phil Elverum est un héros discret qui a réussi non pas une hybridation à la cosaque, mais un subtil assemblage qui prend corps.

Sur son fantastique duo d’albums Ocean Roar et Clear Moon, le choc produit entre son chant délicat et un impressionnant mur du son organique et compact fonctionnait en plein, avec quelques morceaux de bravoure à la clé.

Assez logiquement, on retrouve à des degrés divers les composantes de ce style, lequel trouve encore quelques grands morceaux pour s’incarner. Emptiness est (paradoxalement) bien plein, avec comme on aime un son lourd, lent, puissant et tendu, le tout supporté par une progression d’accords bien lisible.

Par rapport aux albums qui nous avaient tellement surpris, il y en a moins de constance, diluant forcément l’intérêt, forçant l’auditeur à faire sa sélection. Dans les réussites donc on ajoutera un Boat assez spectaculaire parce qu’abordé à un rythme plus élevé qui permet à toute la mélancolie de la mélodie (oui, il y en a) de sourdre. Comme souvent, c’est la qualité de l’écriture qui fera la différence. Turmoil par exemple pourrait très bien se contenter d’un traitement acoustique. On le savait, cette couche de son n’est pas là pour noyer les morceaux mais pour les emmener ailleurs. Le changement de braquet de Youth fonctionne aussi plutôt bien.

On l’a dit, il faut aussi reconnaitre que certains morceaux nous font trouver le temps long. Spring peine à fasciner sur la longueur, lasse même. Les voix féminines en apesanteur de Dragon ne l’empêchent pas de se trainer, par manque d’intensité supérieure. La voix légère d’Elverum qui présente encore un très bon contrepoint mais semble un peu plus empruntée. Certes, il n’utilise presque plus le vocoder, élément typique de Pre-Human Ideas.

Le style de Mount Eerie reste unique et fascinant. Seulement, on manque sur ce Sauna des rushes d’adrénaline qui propulsaient les grands morceaux du dyptique de 2012. Son écoute en devient assez inégale alors qu’on avait été d’emblée plongé dans un univers fascinant et singulier. Il n’en reste pas moins que dans ses bons moments toujours là, on se rappelle pourquoi on a tant envie de suivre Phil Elverum.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)