Accueil > Musique > 2015 > Joseph d’Anvers - Les Matins Blancs

Joseph d’Anvers - Les Matins Blancs

mercredi 4 mars 2015, par Marc


En cette époque de pléthore d’artistes, il est de moins en moins rare que les artistes fassent appel à leur public pour financer leur album. C’est donc grâce à la plateforme Kiss Kiss Bank Bank que ces Matins Blancs ont pu voir le jour. Et en tant que souscripteur, c’est aussi un plaisir de voir une œuvre prendre forme, même de loin et de voir la confirmation que Rouge Fer aura un successeur.

Et on peut dire que ce quatrième album marque un retour en forme, à la pêche des deux premiers. Exit donc les tentations anglo-saxonnes et on ne les regrettera pas. Surtout qu’à la place, il y a des apports de premier plan. Parlons donc tout de suite de ceux qui ont prêté leur plume à Joseph. Il y a Lescop qui signe un Marie qui s’approche très fort du style de la maison. On savait aussi qu’il avait une bonne relation avec Miossec qui venait beugler La vie est une putain sur le toujours très recommandé premier album et avec qui il était parti en tournée.

Pas moyen d’hésiter, La Nuit Je t’Aime Quand Même est un texte qui ne peut être que du pur Miossec (pensez à une chanson comme Montparnasse) et on constate que leurs genres s’accordent bien. C’est carrément Dominique A qui est en partie derrière Tremble et c’est un des morceaux les plus solides de cet album, augmentant s’il était besoin l’impatience d’entendre Eléor, futur prometteur album du natif de Provins.

On le voit, il y a de l’adoubement dans l’air, surtout qu’on retrouve aussi l’équipe qui a accompagné Daho ou Bashung à la manœuvre. D’ailleurs, le morceau Surexposé est étonnant de ressemblance avec ce que fait Daho. C’est tout pour les comparaisons et rapprochements. Parce que sur cet album, il y a surtout beaucoup de Joseph d’Anvers, jusqu’au bout de mélodies bien réussies (Sally, Avant Les Adieux).

On retrouve des morceaux soyeux, directs mais toujours empreints d’une certaine élégance. La finition de cet album est d’ailleurs exemplaire, entre les apports de cordes (Petite, Les Amours Clandestines), le roulement qu’il faut pour appuyer Tremble, voire les deux pour Chaque Nuit en Son Temps. On en vient presque à regretter qu’il ne lâche les chevaux que sur la fin des Jours Incandescents tant ce passage est intense. A l’opposé, il prouve qu’il n’a pas besoin de grand’chose pour donner toute sa teneur à La Nuit à Présent.

Les Matins Blancs est un titre judicieux pour cet album qui parle beaucoup de passé, d’histoires qui se terminent dans le calme et la relative hébétude du petit matin. Ces questions qui n’appellent pas forcément de réponses tant le cheminement prime la résolution. Cet album se profile donc comme une porte d’entrée toute trouvée pour tout qui désire découvrir un chanteur important de la scène française.

http://josephdanvers.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)