Accueil > Musique > 2015 > A Place To Bury Strangers - Transfixiation

A Place To Bury Strangers - Transfixiation

mercredi 11 mars 2015, par Marc


De certains groupes on attend plus. On n’attend pas qu’ils montrent la voie mais il semble qu’on les ait investis d’une mission du gardiennage d’une caractéristique dont on veille jalousement à la préservation.

Le premier album d’A Place To Bury Strangers était un choc, ou au moins une violente secousse sonore. Certes, ils ne manquent pas les groupes extrêmes et autres radicalistes musicaux. Pourtant, à l’inverse de formations comme Morbid Angel ou Napalm Death qui ne sortiront jamais du landerneau trash, APTBS (appelons-les par leur sigle) s’adressait à nous, à savoir les fans de rock indépendant qui apprécient aussi les climats froids. On les a donc très vite adoptés et on a depuis guetté la moindre incartade potentielle.

Ce qui a plu chez ces New-Yorkais est le mélange d’une tradition facilement identifiable qui va en gros des premiers Joy Division à My Bloody Valentine ou Jesus And The Mary Chain et d’une épaisse couche de son qu’on ne peut même plus qualifier de distordu. Et pour cause, le groupe est aussi une vitrine de l’autre activité du chanteur-guitariste Olivier Ackermann, à savoir la confection de pédales d’effets sous le romantique nom de Death By Audio.

Donc, toute déviation de la droite ligne bruitiste serait vue comme une trahison de la part d’un auditorat pour le moins intransigeant auquel je me vois contraint de m’associer. Alors, trouve-t-on sa dose de papier de verre sonore sur ce quatrième album ? Tout d’abord on pense que non, qu’il y a de l’assagissement dans l’air, que le précédent Worshipa amorcé une voie irréversible vers une new-wave garage propre sur soi (tout est relatif) qui avait pourtant séduit.

Et puis au fil des écoutes, on doit bien avouer qu’il reste bien des choses à même de rebuter le fan de folk baba lambda. Les sons ajoutés à Straight restent bien grinçants, I Will Die est aussi à la limite de la noirceur bruitiste absolue. Mais finalement, ce qui déconcerte, c’est que ce n’est pas nécessairement ces marqueurs forts qui impressionnent le plus. Il faut cette couche de gros son qui vrille pour le rendre plus intéressant mais ce n’est pas pour autant que les morceaux sont dénués de talent d’écriture. Il y a en effet de vraies mélodies pour les sous-tendre. Now It’s Over est un brillant exemple.

Ils peuvent aussi s’appuyer sur une lourdeur extrême sur Deeper. Mais encore une fois, il y a eu par le passé de tels chocs dans le slow crépusculaire (l’apocalypse lente de The Falling Sun sur le premier album) qu’on ne peut que constater un recul. Donc, on est contents de retrouver le son bien abrasif mais ce n’est pas dans les morceaux les plus intéressants qu’on le retrouve. Au final, on ne regrette pas tant un affadissement pas vraiment manifeste qu’une trop faible densité en morceaux passionnants. Il faut en effet la rencontre d’une personnalité sonore et de compositions marquantes pour qu’on puisse retrouver l’urgence des débuts et c’est le cas moins souvent sur ce Transfixiation. La relative déception vient de là, pas d’une hypothétique trahison.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)