Accueil > Musique > 2015 > The Wooden Wolf - Moonlight Serenades Op​.​4

The Wooden Wolf - Moonlight Serenades Op​.​4

mardi 16 juin 2015, par Marc


On pourra nous reprocher plein de choses, mais pas de lâcher trop vite l’affaire quand on fait une découverte. Ce qu’on ne pourra jamais prétendre non plus, c’est qu’Alex Keiling est un artiste indolent. En deux ans et demi, ceci est en effet son quatrième album. Comme il a la bonne idée d’alterner le plus nu et le plus orchestré, c’est une belle discographie qu’il s’est constitué en peu de temps.

On retrouve aussi le côté plus léger (enfin, léger comme Elliott Smith quoi) sur le premier morceau September Blue, avant qu’il ne nous achève d’emblée par le poignant Goodbye Serenade. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour qu’il assène un de ses grands morceaux.

Seven Songs Op.3présentait son versant le plus acoustique et minimal, on est donc logiquement ici en face d’un album plus ample et ce n’est vraiment pas pour nous déplaire. Ce ne sont évidemment pas les grandes orgues qui sont convoquées ici mais du violoncelle poignant sur Slow Moving Dreams et c’est comme chaque fois superbe. Ce pourrait être un morceau de Leonard Cohen. Si la voix est radicalement différente, elle en a l’intemporelle beauté hiératique, l’arpège renversant et simple à la fois. Vous aurez compris que c’est parfaitement classique, un morceau qui ne vous lâche pas.

Il faut aussi souligner le très beau Gone With The Rain avec son piano et ses cordes en renfort. En renfort seulement, parce que tous ces morceaux tiennent tout seuls. A tel point qu’il ne faut rien ajouter à Louise ou à Waltz pour que l’essentiel soit là, à savoir une émotion palpable, transmise de voix à oreille comme une relation d’âme à âme. Fuck me tender/Fuck me true comme il le dit lui-même.

Est-ce que ça marchera encore cette fois-ci ? C’est une question légitime qu’on se pose à chaque fois et à chaque fois, la réponse est positive. Wooden Wolf semble toujours hanté, ce qui est une bonne nouvelle pour nous. Plus marquant que son précédent Seven Songs parce que plus étoffé, il pourrait presque nous faire croire que l’excellence est facile.

http://thewoodenwolf.bandcamp.com/album/moonlight-serenades-op-4

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)