Accueil > Musique > 2015 > House Of Wolves - Daughter of The Sea

House Of Wolves - Daughter of The Sea

samedi 27 juin 2015, par Marc


On l’a déjà dit, découvrir et partager est un des grands plaisirs de ce hobby étrange d’écriture critique. Parmi les meilleures trouvailles de ce site, il y avait ce House of Wolves que Laurent avait dégotté on ne sait où. On avait tous craqué sur cette petite perle, il est donc logique de parler de son successeur. Depuis son premier album, Rey Villalobos (rien à voir, mais alors rien du tout avec Ricardo) a pas mal bourlingué et s’est (sans doute provisoirement) installé en Irlande où il a enregistré ces 8 chansons avec Darragh Nolan.

On aime tous l’intensité, l’intimité et quand on décèle un artiste qui peut mieux que d’autres relater les troubles de son âme, nous sommes touchés. Parfois c’est ce qu’on cherche et qu’on trouve Wooden Wolf, Low Roar ou Perfume Genius et chez House Of Wolves à qui on s’était ouverts sans concession.

Et on replonge exactement comme avant, comme on l’avait espéré par Beautiful things qui frappe d’emblée. Maintenant qu’on sait que le chanteur est un homme (on en avait douté), la surprise est un peu éventée. De plus, la voix apparait moins androgyne ici. Pour le reste, il suffit de quelques accords (forcément mineurs) de clavier, de mélodies simples mais justes, pour livrer des morceaux qu’il ne faudra même pas aller chercher (One)

On sent toute la lassitude du monde sur Martians qui n’a besoin que d’un petit arpège pour libérer une mélancolie insondable créatrice de beauté. C’est profond mais léger et même enlevé. Parce qu’il ne se complait même pas dans la lenteu et Daughters Of The Sea a cette énergie paradoxale de certains Elliott Smith auquel on pense inévitablement. Take Me To The Others nous rappelle quant à lui aussi à quel point on avait aimé l’intimité déchirante de Radiohead.

Boy and The Echo choir. Soap & Skin. Si ces noms vous font fuir, on se retrouve au bar pour discuter d’autre chose. Dans le cas contraire, si l’émotion et l’intimité sont pour vous des vertus cardinales, vous n’aurez comme seul reproche objectif pour cet album que sa brièveté. Parler directement à l’âme est l’apanage des grands artistes et Rey Villalobos en est indéniablement un.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • House Of Wolves - Daughter of The Sea 28 juin 2015 10:24, par Laurent

    Mais oui, qu’est-ce qu’il est court ce disque ! Et Rey n’a pas l’air d’aller mieux depuis la dernière fois, rapport à la mélancolie toujours aussi neurasthénique... :-)

    Je trouve aussi l’album un peu moins immédiat que le précédent (bonne nouvelle au fond). Mais ça reste une pépite. Dans un genre comparable de très loin, je recommande la belle ouvrage de Soak (et au fan de Dominique A, le nouvel album de Robi).

    repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)