Accueil > Critiques > 2015

Of Monsters and Men - Beneath The Skin

vendredi 3 juillet 2015, par marc


Il n’est pas toujours simple de discerner les intentions d’un groupe sur un premier album. Quand on a vu débouler le sympathique premier album d’Of Monsters and Men, on a découvert une formation islandaise qui semblait comme tant d’autres penser que le temps ne s’était pas écoulé depuis Funeral d’Arcade Fire. Ce n’étaient certes pas les premiers, et on savait que les parcours des groupes qui commencent de la sorte évoluent vite vers autre chose. Avec plus (Fanfarlo) ou moins (My Latest Novel) de bonheur.

On n’avait pas non plus prévu le succès radiophonique international, la chanson Little Talks s’étant tout de même offert une belle rotation un peu partout en Europe. C’est à Forest National qu’ils se produiront alors que leur premier passage était dans la petite salle de l’AB. Pour ceux qui ne sont pas aussi familiers des salles bruxelloises, on parle d’une capacité décuplée. Donc, le groupe a grandi de plusieurs tailles d’une fois, tout comme sa musique comme on va le voir.

Ce qui frappe d’emblée, dès Crystal qui a été proposé en single, c’est le son énorme et la force de frappe. Slow Life, Hunger, Wolves Without Teeth ils sont tous abordés pied au plancher. Quand Hunger commence lentement, on se doute que ce n’est qu’un répit de courte durée et de fait, le gros son déboule immanquablement. Sur Thousand Eyes, ils nous gratifient d’une grosse montée mais ils reviennent au chant assez vite, histoire de nous signifier qu’on n’est pas là pour expérimenter, que ce n’est qu’un coup de fièvre dans un morceau normal. Human a une dose de mélancolie mais une puissance trop élevée pour inspirer la sympathie. Étrange que dans ce contexte ils aient voulu collaborer avec le plus subtil Chris Taylor de Grizzly Bear.

Les chœurs qui s’égosillent remis au goût du jour par le couple Chassagne-Buttler n’est plus ici qu’une des composantes d’un son énorme (Empire). Oui, c’est de la musique de stade. Ceci dit, ils font ça fort bien. Il n’y a guère qu’Organs pour oser rester une balade avec une jolie mélodie et un tout petit peu de violon, instrument qui a bien moins droit de cité ici. C’est dans la vraie-fausse ballade qu’ils donnent leur meilleur (We Sink) mais d’une manière générale trop peu de variété lasse et on a quand même vite l’impression d’écouter une suite de variations sur le même morceau. Un morceau puissant et convaincant, certes, mais bon, un peu toujours le même.

Il y avait débat pour savoir si la voix de la chanteuse ressemblait plus à celle de Kate Nash ou de Florence Welsh. On va trancher en disant que le timbre évoque plus la première mais que musicalement, on est moins éloigné de la seconde pour la volonté d’en mettre plein les oreilles. La voix masculine quant à elle évoque plutôt The XX. Certains sons de guitare sur Humans y ramènent aussi mais ils ne peuvent pas s’empêcher de recourir à un gros coup de kick, histoire de tuer une bonne fois pour toutes toute possibilité d’intimité. On est donc d’autant plus admiratifs du trio anglais qui arrive à rester touchant parce que modeste et juste.

Plaisant de bout en bout, puissant presque toujours, émouvant quasiment jamais, Of Monsters and Men se présente comme un grand nom en devenir, un tête d’affiche de festival sous peu. Ou de ceux qui en font l’unanimité en début de soirée (et tu danses danses danses…). On continuera donc à les suivre de loin sans faire des loopings à l’annonce de leurs sorties. Trop concentrés sur une formule qu’ils estiment bonne, ils ne laissent plus de place à autre chose, rendant l’écoute intégrale bien uniforme et complètement étanche à l’émotion.

http://www.ofmonstersandmen.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)