Accueil > Musique > 2015 > Wilco - Stars Wars

Wilco - Stars Wars

mercredi 9 septembre 2015, par Marc

Patience et fidélité


Il faut être sacrément sûr de soi pour s’offrir le luxe de la discrétion. Et il faut de l’assurance pour sortir un album en plein été et le donner gratuitement aux fans avant même la sortie ‘physique’. Les fans gâtés avaient déjà eu droit à une longue et passionnante série de live en cadeau, et ils ne devraient logiquement pas être déroutés par ce neuvième album studio.

Qui commence étrangement comme une démo de Sonic Youth, donc de façon assez bruyante. On se rappelle alors que Jeff Tweedy a sorti un bien chouette album plein de guitares l’an passé, en duo avec son fils. Cette déroutante mise en route mise à part, on retrouve pas mal de choses qu’on aime chez eux, à commencer par une revigorante versatilité qui ne jamais ne se départit de leur unité. On passe ainsi du plus carré Random Name Generator à une coolitude que ne renierait pas Bob Dylan (The Joke Explained).

Moins marquant que le précédent, il faut aussi attendre que son aspect râpeux s’estompe. Et si l’émerveillement qui nous avait cueillis par surprise sur The Whole Love ne viendra pas, on garde cet album de Wilco avec nous, parce qu’on y revient très souvent. Il faut sans attendre Where Do I Begin pour retrouver leur intimité, ces chansons toutes légères qui entêtent sans qu’on ne s’en rende compte (Taste The Ceiling). Pour le reste, ils arrivent à nous gratifier d’une forme déviante de glam (Pickled Ginger) ou pratique le psychédélisme les orteils au vent (Magnetized), tout en laissant la fin de You Satellite gentiment déraper. Comme sur les albums précédents, on retrouve aussi une version débraillée de Spoon(Cold Slope)

On le voit, il y a plein de choses qu’on a toujours aimées chez Wilco. Sorti discrètement, semblant ne s’adresser qu’à ses fans, il témoigne de l’indéfectible attachement qu’à la bande de Jeff Tweedy pour son public toujours friand de belles choses bien faites. Wilco ne part pas à la conquête de parts de marché, il prouve qu’avec du talent et aucune prétention, on peut maintenir une discographie de longue haleine.

http://wilcoworld.net/#!/home/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)