Accueil > Musique > 2015 > Coeur de Pirate - Roses

Coeur de Pirate - Roses

lundi 14 septembre 2015, par Marc


Une entreprise qui fonctionne est souvent tentée, voire forcée de s’étendre, de regarder de nouveaux marchés. Il semble que certains artistes soient dans le même cas. On avait découvert Cœur de Pirate il y a un peu plus de six ans, dénichée par un esprit curieux avant même que son album ne traverse l’Atlantique. Deux albums et une compilation de reprises de bon goût (c’est pas Birdie non plus) plus tard, on sait que le succès est au rendez-vous, à un tel point que Béatrice Martin se sente un peu à l’étroit dans le petit monde francophone. Cette bilingue (elle le dit et elle le montre) a logiquement décidé de se tourner vers le marché anglophone, et s’associer à des gens qui lui permettent de réaliser ses ambitions. Sans doute que ça va marcher, mais on va expliquer un peu pourquoi ça ne nous a pas ravis.

Le premier morceau est donc en anglais comme la moitié de l’album, et est ample. On ne sait pas encore que cet Ocean’s Brawl est le meilleur qu’on entendra ici. Parce que morceau après morceau, elle dévoile ses aspirations et petit à petit, on s’enfonce dans la variété la plus aseptisée. Le single Oublie-Moi est du pur Cœur de Pirate, mais emballé sous film plastique. C’est à ce moment-là qu’on se dit que ce qui ne passe pas (pour nous du moins), ce sont moins les compositions que la production.

Elle garde en effet un sens acéré de la mélodie (Drapeau Blanc, Oublie-Moi) mais alors que sur Blonde elle avait fait appel à Howard Bilerman, notamment connu pour avoir travaillé avec Arcade Fire, Silver Mount Zion ou Basia Bulat (et le résultat était notamment un magnifique Place de la République) et Michael Rault pour la coloration sixties, c’est une équipe encore plus expérimentée qui a pris le relais. On parle donc de Björn Yttling (de Peter, Björn and John) qui a déjà travaillé avec Lykke Li ou Franz Ferdinand et de Rob Ellis qui a contribué aux réussites de Bat For Lashes, Anna Calvi et surtout PJ Harvey. Mentionnons aussi Ash Workman, qui a mis en son Christine and The Queens (là, je ne peux pas...). Donc, des professionnels aguerris, mais qui ont éliminé toute aspérité.

Jumping the shark est une expression issue du monde des séries qui désigne le moment où une scène, un épisode, une action jette un voile négatif sur tout ce qui suivra. Ici, c’est quand on entend le passage rappé sur I Don’t Wanna Break Your Heart qu’on se dit que le point de non-retour est franchi. Et The Way Back Home pâtit de se faire lyophiliser en direct.

Il reste à part le premier morceau quelques bonnes idées comme le plus groove Our Love qui démontre que c’est une bonne interprète, mais sur ce ring-là, elle se retrouve en face de pointures comme Adèle. Le morceau bonus Can’t Get Your Love est articulé autour d’un chouette gimmick répétitif mais il faudrait pousser le procédé bien plus loin.

Béatrice Martin a envie de conquérir le monde et sort un album très passe-partout pour arriver à ses fins. C’est sans doute bien vu d’un point de vue commercial et livré sans cynisme aucun mais on n’arrivera pas à s’enflammer pour un album bien trop lisse d’aspect.

http://musique.coeurdepirate.com/album/roses

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Coeur de Pirate - Roses 20 septembre 2015 11:42, par Laurent

    Les chansons ne sont vraiment pas dégueulasses pour le coup, mais les textes sont devenus terriblement creux ; quant à la production, on ne peut pas nier qu’elle est résolument dans l’air du temps. Le problème, effectivement, c’est que les productions pop-rock contemporaines ne me font pas plus d’effet positif qu’à toi, alors que l’habillage "à la Feist" du précédent ’Trauma’ était si agréable à l’oreille. Pour moi, le pas avait été franchi avec cette reprise insupportable de Mistral Gagnant (ou comment s’emparer d’un standard au sens noble et le vider de toute substance). Curieusement, alors que Béatrice Martin ne cessait de nous ravir par sa maturation exponentielle, elle s’est subitement découvert une poussée d’acné tardive et une crise d’adolescence anachronique (un peu comme dans le très mauvais film ’16 ans ou presque’). L’album va mal vieillir mais je reste convaincu qu’en le jouant sans artifices, Cœur de Pirate pourrait en faire quelque chose d’un peu plus émouvant.

    repondre message

    • Coeur de Pirate - Roses 22 septembre 2015 16:23, par Marc

      Tout-à-fait d’accord, ce sont moins les morceaux que le traitement qui est en cause ici. C’était en effet plus sobre sur les reprises mais bon, on était plus dans l’anecdotique, quelques morceaux se révélant moins puissants que les originaux.

      Il ne faudrait donc pas grand’chose pour qu’on se réconcilie avec elle. Encore faudrait-il que ceci ne marche pas (ce qu’on ne lui souhaite pas non plus).

      Sur base d’un concert à Spa il y a quelques années, je passe mon tour cette fois-ci pour Marie-Pierre Arthur.

      Bonjour chez vous !

      repondre message

  • Coeur de Pirate - Roses 20 septembre 2015 11:44, par Laurent

    Ah oui : sinon Marie-Pierre Arthur a sorti un nouvel album et dans la catégorie chanson-pop québécoise, je recommande bien plus chaudement...

    repondre message

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)