Accueil > Musique > 2015 > Patton - C

Patton - C

jeudi 1er octobre 2015, par Marc


On peut encore découvrir des formations très proches géographiquement. Il a fallu attendre cette année 2015 pour que j’entende parler du duo bruxellois Patton (via un distributeur basé en Italie encore bien). Et c’est d’autant plus étrange que ce que font les frères Sam et Max Bodson a vraiment des arguments pour plaire.

Parlons tout d’abord de l’album C, leur troisième. Ce qu’on y entend peut dérouter de prime abord, parce que leur musique est sinueuse, métastable, poussée par une intranquillité qui les pousse dans des directions différentes. Mais pas toutes les directions à la fois, c’est toute la différence. Certains artistes comme Kevin Barnes (Of Montreal) a pu nous perdre par le passé en nous semant dans les bois.

Ici, le duo nous entraine avec eux dans ce qu’on peut facilement assimiler à un voyage. On ne s’étonne donc pas de retrouver quelques allusions champêtres dans les titres. C’est d’ailleurs quand ils se laissent flâner que cet album est le plus attachant. On retrouve la veine ludique de Battles sur La Plaine et on apprécie la pause dans les herbes de Sheeps, Cows You, I.

Parce que oui, le reste de l’album peut prendre du temps à décanter, à dévoiler ses charmes. Seule réticence pour moi au tout début, la présence de voix. Qui sont la plupart du temps utilisées comme composante organique d’un morceau, pas comme point d’attention central, pouvaient sembler presque inutiles. Surtout quand le chant suit des mélodies plus arides que le morceau qui l’encapsule comme Appolo où la combinaison entre ces arpèges et cette basse solide peut se suffire à elle-même. Mais cette appréhension se dissipe en deux temps.

Tout d’abord quand l’album doucement percole et qu’on devine l’arc qui le sous-tend, utilisant le math-rock comme une base ludique et solide (très bon rythme pneumatique de Mauve = Blanc) ou un art-rock plus louvoyant comme celui des Dirty Projectors.

Et puis il y a la scène. Cette musique gagne beaucoup à se découvrir en direct. J’ai eu cette chance lors d’un concert à la Maison des Musiques de Bruxelles. Là, le duo est appliqué, et on prend du plaisir à voir les couches se créer. Peu de boucles au final, mais un engagement physique total. Pas d’éruption comme chez Health, mais une utilisation de tout ce que la psychomotricité permet pour transformer le mouvement en son. Le batteur Sam chante aussi et arrive à inclure du clavier dans ses mouvements de batterie. La basse est effectuée au pied par Max le chanteur/guitariste qui utilise aussi un clavier. Ils sont évidemment bien concentrés mais cette complexité ne semble pas les perturber et ça ne nuit jamais à la fluidité.

Les morceaux ne sont jamais longs, les gimmicks ne sont jamais trop étirés, ils arrivent donc à livrer un concert compact qui ne lâchera jamais son auditoire (des habitués, proches et passionnés visiblement). On l’a déjà constaté pour le post-rock plus ‘classique’, on le confirme pour cette musique plus aventureuse, la mise en place fait partie de la musique. De même que les cuisines ouvertes de certains restaurants fascinent, voir cette paire à l’œuvre est un plaisir à partager.

http://pattonmusic.org/

L’intégralité des images est ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)