Accueil > Musique > 2015 > Lana Del Rey - Honeymoon

Lana Del Rey - Honeymoon

mercredi 14 octobre 2015, par Marc


Le talent de Lana Del Rey est une anomalie quand on y pense. Propulsée d’un coup d’un seul à l’avant de la scène via l’excellent Video Games, elle semblait avoir tous les attributs de la gloire éphémère, voire indue. Un physique retouché alors qu’il ne semblait pas en avoir besoin semblait en faire une émanation terrestre et en 3D de Photoshop. Son comportement scénique minaudant et se prenant pour une icône semblait confirmer qu’à notre époque, il suffit parfois de se comporter comme une vedette pour en être une. Son premier album était lui aussi un peu artificiellement gonflé, ne tenant pas la longueur. Et ses interviews un peu portnawak semblaient indiquer qu’elle n’était plus vraiment avec nous. On le voit, plus des attributs d’une ‘it girl’ que d’une chanteuse à suivre. Donc, en toute logique, elle aurait dû sorti bien vite de notre radar.

Pourtant, on s’est penchés sur son second album et on avait un peu changé d’opinion. Et le troisième (le quatrième si on ajoute un ’vrai’ tout premier que du reste personne n’a entendu) vient encore renforcer cette impression. Certes, le public toujours là devra accepter certains immuables axiomes. Il ne pourra plaire qu’à ceux qui acceptent ce ton suprêmement lassé de fille qui aimerait être partout sauf devant un micro. Elle y avoue sa fascination pour les flamants roses (Music To Watch Boys To)

Finalement, ce n’est pas Mark Ronson qui est aux commandes ici contrairement à ce qui avait été annoncé. On ne pourra pas s’en plaindre tant le traitement est en adéquation avec la musique. Oui, les violons sur Honemoon sont vraiment décoratifs, très surannés et finalement planqués assez en arrière mais c’est le genre qui veut ça.

Donc oui, c’est toujours une musique de gueule de bois, pas de peine amoureuse ou de deuil (c’est important de bien classer les chanteuses déprimantes qu’on aime tant). Elle fait ça très bien mais ne semble pas capable de faire autre chose. Pour faire court, 14 titres est une dose un peu copieuse, sans doute à rapprocher avec une prise trop élevée de médicaments. Comme elle ne quitte jamais sa zone de confort morbide, cet album ne plonge jamais, mais ne semble aussi jamais s’arrêter.

Cependant, il y a quelques morceaux plus forts, qui justifient notre relative patience. Il faut pour ça une mélodie supérieure que la voix peut suivre. Il y a tout ça sur God Knows I Tried et Salvatore. Ce dernier est certes un peu kitsch mais bien honnêtement, je ne me sens pas la force de ne pas succomber. Le reste sort du même moule, un chouïa moins percutant (enfin, on se comprend…). Il y a même des interludes (Burnt Norton) pour ceux qui trouveraient tout ça trop intense. Le morceau final est une reprise du très usité Don’t Let Me Be Misunderstood de Nina Simone. C’est réussi même si cette version sous-vitaminée n’apporte pas grand-chose à la légende.

Portée par un personnage à la fois suranné et très dans son époque de communication, Honeymoon est un album qui confirme le talent presque inattendu de Lana Del Rey, qui a trouvé sa zone de confort et de compétence et y reste. Pour les quelques grands morceaux, il mérite cependant le détour.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Lana Del Rey - Honeymoon 18 octobre 2015 13:22, par Laurent

    Cette reprise en bout de parcours est bien inutile et franchement pas du tout réussie à mon goût. Dommage, car en titre de clôture, Swan Song se pose là et aurait pu se la jouer manifeste. Je ne vois en effet plus très bien, au terme de cette belle trilogie, ce que Lana Del Rey aurait encore à dire dans la même veine. J’aime le disque mais il va plus loin que jamais dans le concept de la langueur vénéneuse. L’artiste aurait, pour le coup, tout intérêt à se repenser de A à Z si elle envisage une suite. Je lui souhaite en tout cas, car là j’ai l’impression qu’elle n’a pas encore franchi le proverbial "cap du difficile deuxième album" mais plutôt étiré jusqu’au bout du bout les possibilités de son séduisant personnage. Elle a le talent pour, on verra bien...

    Sinon, j’espère lire bientôt ton avis sur le dernier album assez bluffant des Editors. Question réinvention, c’est plutôt bien ouéj. Au plaisir !

    repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)