Accueil > Musique > 2015 > !!! - As If

 !!! - As If

mercredi 21 octobre 2015, par Marc


Tout qui a vu se déhancher Nic Offer sur scène, habillé normalement ou en caleçon américain et appuyé par une machine de guerre de dancefloor ne peut qu’avoir de la sympathie pour  !!! (ça se prononce tchic-tchic-tchic on le rappelle). S’ils n’ont qu’un seul album vraiment enthousiasmant sur la longueur (Myth Takes), ils ont su maintenir la pression, navigant plutôt dans les eaux disco plutôt que dans la mouvance DFA (LCD Soundsystem, The Rapture) qui était là au même moment et au même endroit.

Cet As If est comme une fusée qui largue progressivement ses étages. On peut classer le premier dans le propulseur à poudre indispensable pour s’arracher du sol mais ne participant pas au largage. On n’y retrouve d’ailleurs pas de chant à proprement parler, il faudra attendre Sick Ass Moon qui part dans sa seconde partie sur un mode presque purement électonique.

Ils connaissent leur métier et sortent la grosse basse à la Moroder et la grosse caisse sur Every Little Bit Counts et modèlent Til The Money Runs Out à coup de réverb’. La bonne idée de ne presque jamais appuyer sur la pédale de freins. Donc ça groove sans discontinuer ou peu s’en faut. On a donc quelques morceaux plus saignants comme Ooo ou Freedom ! ’15 qui nous fait cependant plus penser qu’on est en 1978.

Ils n’hésitent pas à se lancer dans des exercices hors-format avec I Feel So Free (Citation Needed) mais le milieu d’album souffre légèrement d’un peu trop d’abstraction (All The Way) ou de roue libre (Funk – I got This).

 !!! se transforme de nouveau en une machine à groove un peu abstraite, toute orientée vers l’exultation. C’est moins percutant dans le détail que ce qu’ils ont pu livrer sur Myth Takes mais ils ne perdent pas leur fameux sens de la fête et du bordel finalement bien organisé.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)