Accueil > Musique > Concerts > El Vy, Ancienne Belgique, 07/12/2015

El Vy, Ancienne Belgique, 07/12/2015

mardi 8 décembre 2015, par Marc


Rien à faire, il y a maintenant une petite appréhension au moment d’entrer dans une salle de concert, un risque minuscule qui nous étreint un bref moment. Mais fort heureusement, la musique a repris ses droits et il était temps de voir en vrai ce qu’on avait déjà découvert sur album.

Faute de n’avoir pas vu tout le concert, mon avis ne sera pas définitif sur Penny Serfs, quatuor américain qui ouvre le bal. Le chant avec beaucoup d’effets dessus semble un rien à la traine du reste qui assure vraiment, la section rythmique était au poil. C’est du rock indé tout à fait à sa place ici, suffisamment fort pour passer outre l’habituel désintérêt du public pour les premières parties. On note le nom pour plus tard et on en reparle plus que probablement.

Par contre, on vous a déjà largement évoquéEl Vy, l’intrigant projet de Matt Berninger et Brent Knopf. Certes, on a déjà très souvent vu The National ou Menomena, mais ces deux-là ensemble, jamais. Habillés de blanc, assistés d’Andy Stacks (des excellents Wye Oak) à la batterie et de Matt Sheehy (Lost Lander), c’est une formation compacte qui déboule sur scène. Les rôles sont bien définis, c’est uniquement Berninger qui chante. Et honnêtement, on n’en connait peu (pas ?) qui font ça mieux que lui. A charge de Knopf d’assurer les guitares acides, les riffs décalés, les petites ruptures au clavier.

Si l’album peut paraître parfait et froid, l’exécution live des morceaux est plus vive, coupante, et finalement plus convaincante. On dirait aussi que le public n’est pas extrêmement au fait de l’album, ne réservant une ovation qu’en deux occasions. Une première fois pour Return To The Moon, le bien catchy morceau qui a tiré l’album. Et puis pour une reprise étonnante des Fine Young Cannibals. Etonnante parce que You Drive Me Crazy nous semblait oublié depuis longtemps mais on se rend vite compte qu’elle est assez raccord avec la précision de la formation. Pour ma part, c’est un excellent Happiness, Missouri qui m’a le plus marqué.

Après une petite heure de concert, on a déjà fait le tour, Berninger précisant fort logiquement qu’ils n’ont qu’un seul album à leur compteur. En cette période de vœux, on peut donc formuler celui de voir El Vy produire d’autres albums aussi percutants que leur concert. Père Noël, si tu nous écoutes...

Article Ecrit par Marc

P.-S.

PS1 : Le concert était diffusé en live streaming, j’espère mettre la main sur une version à partager

PS2 : en niveau 3 d’alerte, je n’ai pas osé passer mon appareil photo, désolé pour ça aussi...

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)