Accueil > Critiques > 2016

Sivert Høyem - Lioness

vendredi 19 février 2016, par marc


Une vidéo trouvée sur un coin à champignons (elle est en-dessous), il n’en a pas fallu plus pour faire la connaissance de Sivert Høyem. Enfin, refaire sa connaissance puisqu’il s’agit du chanteur de Madrugada, formation norvégienne intéressante ayant stoppé ses activités en 2007 suite au décès d’un des membres. D’ailleurs, c’est sans doute à la frange un rien nostalgique de mon estimé et sans doute peu nombreux lectorat que s’adresse ce conseil.

Il faut dire que si cet album ne semble pas daté, il ressuscite surtout une façon d’appréhender la musique avec force violons et ampleur qui ramène un peu en arrière, quand on pouvait s’enflammer sur Madrugada donc mais aussi The Walkabouts, Jack ou The Dears. C’est évidemment chargé, sans tabou mais c’est une des règles du genre, qui peut s’accommoder d’un peu de lourdeur (Oh, Spider !) de slow des années ’90 avec echo sur la voix et tout et tout. Mais permet aussi d’utiliser un gimmick de piano vraiment irrésistible (The Lioness) ou de prendre son temps avant de définitivement lancer The Boss Bossa Nova.

La principale attraction est évidemment la voix de Sivert. Elle excelle dans les graves sur Sleepwalking Man et sur le très beau duo My Thieving Heart avec Marie Munroe. La conjonction des deux voix nous rappelle d’ailleurs les belles heures des tellement sous-estimés The Walkabouts. On peut aussi penser à Richard Hawley plus récemment. Donc il ne lui faut pas grand’chose pour emballer les tout simples It Belongs To Me ou The Riviera of Hades. Le sens mélodique direct nous fait dans ce cas penser à notre compatrioteLaurent Leemans.

On n’aura jamais que le bien qu’on voudra se donner ou qu’on voudra bien vous céder. Cette petite douceur un peu chargée pourra se révéler roborative si utilisée à bon escient. Une belle voix, ça marche toujours et on peut toujours être surpris de passer plus de temps que prévu en compagnie d’un album. Et en tirer un plaisir supérieur à celui qu’on escomptait. Dans ce cas, on fait passer le mot. A vous de jouer donc.

http://www.siverthoyem.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Sivert Høyem - Lioness 24 février 2016 16:09, par Christophe

    Ressusciter Madrugada, retrouver la voix de ce groupe, top génial.
    Je savais que le leader de Madrugada était dcd, mais je pensais que c’était le chanteur.
    Merci bcp pour cette trouvaille.
    Christophe

    repondre message

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)