Accueil > Musique > 2016 > LNZNDRF - LNZNDRF

LNZNDRF - LNZNDRF

lundi 22 février 2016, par Marc


Ce n’est pas une condition suffisante et encore moins nécessaire pour être un grand groupe, mais on ne peut s’empêcher de constater que les membres des formations les plus excitantes de ces dernières années ont une furieuse tendance à exprimer leur créativité en dehors de leur camp de base. Les cas de Radiohead ou Arcade Fire sont assez éclairants à ce propos.

The National est aussi un groupe dont la stature augmente album après album. On pourrait penser que le corolaire serait un recentrement sur une formation qui a un succès indéniable, c’est le contraire qui se produit. Qui plus est, les projets ne sont jamais de petites collaborations ou de brefs défoulements, ils produisent de vrais albums, parfois même magnifiques. On avait déjà parlé de ce que Bryce Dressner avait fait sur Clogs (entrainant son frère Aaron Dressner et Matt Berninger) et à quel point c’était beau, on vous a dit le bien qu’on pensait d’EL VY formé par Matt Berninger et Brent Knopf, voici un autre projet qui est publié sur 4AD.

Formé par les frères Scott et Bryan Devendorf, soit la section rythmique de The National et de Ben Lanz qu’on a croisé avec The National, Beirut ou Sufjan Stevens, LNZNDRF (ça se prononce Lanzendorf, ces gens ont un problème de voyelles) vient de sortir son premier album qu’ils défendent actuellement sur la route. S’il ne se hisse pas au niveau des deux collaborations précitées, il y a bien des raisons de se pencher sur leur cas. Parce que même s’il est compliqué lors d’une écoute à l’aveugle de déceler l’origine des membres, ils ont emporté avec eux une épaisseur de son qui est d’emblée manifeste. Les morceaux de The National sont en effet toujours plus complexes qu’ils n’en ont l’air, notamment grâce au boulot inattaquable des frères Devendorf.

Future You est un instrumental dense, un peu dans la veine de ce que proposaient des formations comme Holy Fuck. Donc pas vraiment du post-rock. La voix ne déboule que sur le second morceau et apporte un vrai plus. Certes, ils n’ont pas en leur rang un vocaliste de la trempe de Berninger mais il y a de l’intensité tout de même sur Beneath The Black Sea qui peut rappeler que New Order aussi se lançait dans de longues digressions musicales. C’est le son de basse qui y fait penser, un peu. On est moins client de l’autotune sur Monument, on préfère nettement quand la majesté rappelle les cieux d’orage des Besnard Lakes (Mt Storm).

Du rock instrumental pas trop lymphatique finit toujours par évoquer le krautrock à un moment ou l’autre et on y songe sur le dernier morceau qui se présente comme une longue progression qui ne s’épargne même pas un peu de bruitisme.

Rien ne remplace la compétence, c’est une vérité à méditer pour ceux qui espèrent qu’on trouvera du charme à leur maladresse. Et les trois comparses qui ont fondé ce groupe peut-être pas si éphémère sont là pour le rappeler et présenter un résultat est solide, charpenté et non dénué de fantaisie.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)