Accueil > Critiques > 2016

Mauvais - Pour Toi je Peux Devenir Gérard Depardieu

lundi 14 mars 2016, par marc


Quand on appelle son groupe Mauvais et que le premier album a un titre aussi portnawak que Pour toi je peux devenir Gérard Depardieu, on prend quand même un risque. Donc le trio Calogero Marotta, Patrick Schouters et Christophe Enclin s’expose au jeu de mot facile et à la tentation de n’y voir que de la gaudriole. Et ce serait dommage, parce que la fréquentation assidue de cet étrange album se révèle vite assez gratifiante.

Tout d’abord parce que l’esprit de sérieux ne plombe pas cet album, il est réalisé avec application et une vraie vision musicale. Ensuite parce que la variété est de sortie, tant musicalement que dans le traitement. On retrouve en effet des traces de beaucoup de choses ici.

Le premier morceau pourra faire penser aux productions récentes de Benjamin Schoos. On pensera aussi à son maintenant comparse Jacques Duvall pour le sourire narquois de Non ou les rimes riches (à la Gainsbourg  ?) de Mes Cliques qui propose quelques jolis surgissements.

Mes meilleurs moments ici se nichent au creux de l’implacable Trop Vite Et Sans Pitié qui n’est pas sans rappeler le naturalisme féroce de Florent Marchet, au sein de Boite Noire où un genre de Houellebecq materait dans un night-club ou au détour de la langueur de Biarritz. Le faux ton de crooner fait mouche dans ces moments-là.

Le seul moment déplaisant, finalement, c’est la version en français de l’affreuse scie Words de F.R. David (gardez ça en tête toute la journée, petits chenapans). D’abord parce que bon, on est plus proche de la BO de La Boum que de trucs qu’on aime, et puis la voix y montre des limites qui n’apparaissent jamais ailleurs. Mais ce n’est qu’un intermède, il faut le concéder. Tout comme le pastiche pince-sans-rire de Non.

Ce qu’on retient de Mauvais c’est que le ton est composite, pouvant être rapproché d’artistes différents à différent moments mais qui montre une belle envie. Pour amoureux de la musique française, pour les esprits aventureux et curieux, ceux qui aiment l’attitude et ceux qui se donnent les moyens de leurs envies, il y a vraiment un public pour Mauvais.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)