Accueil > Musique > 2016 > Dan San - Shelter

Dan San - Shelter

mardi 19 avril 2016, par Marc


Confirmer des espoirs est une chose bien compliquée. Alors, quand on a déjà livré un premier EP et un album solides, il faut déjà se remettre en question. Après quelques projets latéraux (Thomas Médard chez The Feather, Maxime Lhussier avec Pale Grey, Jérôme Magnée avec Gaëtan Streel), le retour des Liégeois a donc décidé d’opérer une évolution sensible.

On attendait un retour plus pop de leur part puisque les singles livrés en éclaireurs comme America ne laissaient planer aucun doute. Cependant, dans le contexte de l’album, ce morceau semble bien plus pop et léger que le reste, avec ses arpèges aériens et ses cloches. Dream pourrait quant à lui se retrouver sur les Piqûres d’Araignée de Vincent Delerm. Enfin, musicalement parce qu’un de leurs points forts reste les harmonies vocales. Ce morceaux carte de visite sont donc ceux qui sont le plus en contrepoint à leur ancienne façon plus dense.

Comme ce Shelter est plus léger, il prend plus de temps à distiller ses qualités, séduisant au final par sa délicatesse et sa maturité. Certes, il faut s’habituer à cette nouvelle douceur parce que ce qu’on aimait aussi chez eux, c’est la force tranquille qui les tenait pas si éloignés de formations comme Midlake. Tant qu’on en est dans les comparaisons, le plaisir d’écoute est plus proche de celui d’une formation comme Musée Mecanique. A savoir une belle ampleur qui ne se dévoile qu’après plusieurs écoutes pour ne plus lâcher ensuite.

Ce relatif revirement est en tous cas une volonté dès le départ, pas une conséquence ou un dommage collatéral. Sans doute faut-il y voir la marque du producteur Yann Arnaud (Air, Phoenix, Syd Matters...) qui a accompagné cette gestation. Avec une envie de tracer sa propre route, d’employer des synthés analogiques et de donner plus de lisibilité aux morceaux en détachant plus clairement les portions chantées à une seule voix des chœurs. Cet aspect est très réussi, surtout qu’ils peuvent compter sur plusieurs vocalistes de talent. Ocean propose quelques soubresauts que viennent tout de suite tempérer des chœurs culottés.

Les voix restent donc un point fort, ce qui est un avantage certain par rapport à, disons, Girls In Hawaï pour rester en Belgique. Nautilus I un peu enlevé mais toujours délicat. Nautilus II montre qu’ils n’ont pas besoin de chant pour décoller, directement et à la verticale, vers des nuages tout contents de les accueillir. C’est un morceau indispensable pour prouver leur maitrise. Si on appose les deux morceaux, on obtient la pièce de résistance de cet album, combinant leur nouvelle légèreté et leur densité habituelle. Seahorse garde ce côté aérien qu’on avait retrouvé avec plaisir sur l’album solo de Thomas Médard en tant que The Feather et Up repart presque avec cuivres et c’est vraiment enthousiasmant, montrant qu’ils n’ont pas tourné le dos à ce qu’ils ont si bien fait.

Plus pop, plus léger mais pas moins ample, Dan San trace de plus en plus son chemin en direction des symphonies de poche. A l’aveugle, on pourrait sans doute plus facilement situer la formation comme provenant de Portland, Oregon que de la Cité Ardente. C’est un compliment pour la formation Jaune Orange qu’on fait là parce que la maîtrise est totale et devrait élargir encore leur notoriété.

http://www.dansan.be/
http://www.deezer.com/album/12276252

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)