Accueil > Musique > 2016 > Hein Cooper - The Art of Escape

Hein Cooper - The Art of Escape

lundi 25 avril 2016, par Marc


Le premier album du jeune Australien Hein Cooper confirme la première impression laissée par son prometteur EP de l’an passé, on va entendre parler de lui. Le premier morceau était déjà connu puisqu’il figurait sur son premier EP, tout comme deux autres. C’étaient déjà de bien belles choses, donc la surprise n’est plus vraiment de mise. Par contre, le remix qui semblait ouvrir de nouvelles perspectives et appelait d’autres comparaisons (James Blake, ce genre) n’est plus au rendez-vous, mais on garde en tête que ces morceaux pourraient prendre une autre direction. Ceci dit, l’album y gagne en cohérence. Parce que les 10 morceaux présentés ici montrent une belle constance.

Rusty est présenté en single et est trop faussement anodin pour vraiment donner une idée du plein potentiel du garçon. Il y a pourtant bien de bonnes choses, comme sa belle voix posée qui n’en fait pas trop, qui peut s’aventurer dignement en voix de tête. Les arrangements restent assez acoustiques mais en tendant l’oreille, la sobre production est remarquable d’équilibre. Il faut évidemment signaler que c’est toujours Marcus Paquin (qui a produit ce The National, ce Stars et ce Little Scream) qui est à la manœuvre.

Une de ses forces est d’avoir suffisamment d’intensité pour se contenter de peu mais ajouter subtilement des éléments qui renforcent ces morceaux jamais mièvres. Ce qui lui permet mine de rien de belles prises d’intensité sur Water qui peut se présenter comme une balade. Son style peut donc se décliner en acoustique Curse My Life, utiliser sa voix de tête sur Overflow ou soigner l’impeccable coolitude de Dopamine. Mais ce côté soul n’est pas la seule corde à son arc puisque All My Desires ne déplaira pas aux fans de Conor Oberst. Il en a en tous cas la ténacité lancinante, l’allant que rien ne semble perturber.

On a aussi signalé que les impeccables The Real et The Art of Escape sont au rendez-vous, se présentant comme les plus évidentes cartes de visites. La discrétion efficace de Hein Cooper semble en tous taillée pour le succès tant cet album confirme les bonnes impressions ressenties à l’écoute de l’EP de l’an passé. L’avenir seul nous dira si les foules partagent mon enthousiasme.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)