Accueil > Critiques > 2016

Gaëtan Streel - Two Days at a Time

jeudi 9 juin 2016, par marc


Évoluer est sans doute la chose la plus difficile à réussir en musique. Ainsi, la question a pu se poser pour le liégeois Gaëtan Streel au moment de préparer son second album solo. Il pouvait par exemple donner de l’ampleur à sa musique ou changer de langue pour donner un successeur à One Day at a Time. Eh bien, il a choisi de faire les deux. En même temps.

Le changement le plus rapidement identifiable est évidemment l’emploi de la langue française sur la moitié des titres. Fort heureusement, il ne se départit pas de son esprit pop. Ce qui en fait de la pop en français plutôt que de la chanson française. C’est une nuance, certes, mais qui a son importance. On la sent dès Chacun Pour Soi, avec son ironie légère qui tempère bien la légèreté sautillante de la musique. Ce ton personnel se retrouve aussi sur le très réussi 138g qui traite de ce que doivent sans doute subir les artistes quand ils se retrouvent face à des gens de la vraie vie.

Mais en sus de cette légèreté, il y a aussi D’un néant à l’Autre avec une voix qui parle, une musique plus lourde rehaussée de violons qui le rapproche plus d’artistes comme Mendelson ou Carl et les Hommes Boîtes. Déjà-vu propose aussi un refrain déclamé et est aussi plus sombre. Ce n’en est pas anxiogène pour autant mais dans le cadre de l’album, c’est un contrepoint bienvenu au reste plus léger et pop. Donc même en français, ce n’est pas uniforme. Et quand c’est en anglais, ce n’est pas non plus pareil à ce qu’on avait connu, tellement proche d’Elliott Smith parfois que c’en était troublant.

The Meaning est bien fini, avec une section rythmique bien en place et des cordes discrètes qui appuient l’ensemble. Et puis un démarrage en bonne et due forme. Your Turn est aussi un morceau pop ample avec chœurs, montée et tout le tremblement, Life’s Great (Then You Die) montre qu’il peut se lancer dans un morceau plus rapide et enlevé, tout comme la belle fin aérienne de Si Loin de Moi prouve qu’il a pris plusieurs tailles d’un coup. On se dit que le label Jaune Orange devient un repère d’orfèvres comme on en a eu la confirmation par Dan San récemment.

Bien honnêtement, on n’a pas vu venir cet album. Certes, on avait appris que Gaetan s’était mis au français, mais on n’avait pas anticipé qu’il déborderait aussi largement de son cadre folk très marqué par Elliott Smith. Le résultat est fort éclectique, et sans doute appelé à se préciser par la suite. Ou pas, les pistes étant suffisamment abouties pour être poursuivies.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)