Accueil > Musique > 2016 > Swans - The Glowing Man

Swans - The Glowing Man

mercredi 27 juillet 2016, par Marc


En critique, la chance du débutant n’existe pas. Il serait illusoire de penser qu’en débarquant à la fin d’une discographie fournie l’avis serait plus frais et pertinent. Ça m’est arrivé aussi, je ne me fais pas d’illusion. Et puis il faut bien se lancer un jour.

Donc, dans le but de ne pas périr aussi idiot que je ne suis né, je me suis attelé à cette copieuse et dense discographie des Swans. Et bon, ça n’a pas été un long fleuve tranquille tant les débuts sont rudes, bruts et hardcore. Bien honnêtement, sans connaitre la suite, je me serais bien vite arrêté. Mais Swans n’est pas un groupe comme les autres et on peut aussi les appréhender comme un groupe ayant débuté en 2010, il est vrai après un hiatus de 14 ans. Pour mettre tout ça en perspective, je vais d’ailleurs m’atteler au bouquin de Benjamin Fogel consacré à la tête pensante Michael Gira. Ne pas mourir idiot, encore.

Ne vous laissez pas tromper par le fait qu’il ne comporte que huit titres, cet hénaurme album qui propose deux heures de musique. Et comme toutes les œuvres d’ampleur, il prend son temps pour démarrer. Le long premier morceau qui installe l’ambiance, avec quelques cris. Et puis on sent cette montée inéluctable. Seul un groupe sur de ses moyens et économe de ses effets peut avoir cette assurance, cette force tranquille. Je connais donc un peu Swans, certes, mais peut-être trop superficiellement pour ne pas rater les auto-références. C’est donc vers des formations comme Fields of The Nephilim que je me tourne pour retrouver cette transe un peu sombre, cette langueur de plaine désolée et humide. La voix n’est pas pareille, mais c’est le même plaisir de lâcher prise, de se laisser aller en compagnie d’artistes concernés et hantés.

On retrouve aussi ce gros grondement sur Cloud of The Unknowing. Et là, la mâchoire inférieure reprend sa liberté et descend. Oui, on est plus dans la densité de ciel d’orage de Godspeed You ! Black Emperor. Et ça en a la force de percussion, la même montée inexorable sur quelques accords, la section rythmique (avec aux fûts un certain Thor Harris déjà vu avec Shearwater) qui prend les choses en main. On a en plus une voix bien trippée qui déclame mais pour le reste, il partage le même potentiel de fascination, la même longueur hors normes (25 minutes tout de même), le même risque d’ennui si on ne pénètre pas cet univers et l’envie de les suivre au bout du voyage sonore dans le cas contraire. Et puis fatalement, un gros chaos qui fournit son content de frissons. Ils ne sont pas à leur coup d’essai bien entendu, on se rappelle le magnifique Lunacy sur The Seer.

Sur le plus lancinant The World Looks Red/ The World Looks Black, ils montrent toujours cette capacité à calmer le jeu, à placer du vrai chant pour mieux repartir, pour recréer du faux chaos. Parce que ce morceau en avait besoin, l’auditeur fourbu aussi.

People Like Us est un morceau de transition, une incartade loin du hors-format tout comme on en retrouvait sur les albums récents. Pour le coup, on n’est pas trop éloignés de l’univers de Nick Cave ou Black Heart Procession. Leur longue discographie montre des circonvolutions plus étranges que ceci il faut le dire, avec sur des albums récents une propension à se réfugier dans un folk presque pastoral dans ces moments-là.

Oui, on approche d’un post-rock burné sur Franckie M. La transe certaine mais bon, ses 20 minutes ne sont pas uniformément passionnantes et le déforcent dans le cadre d’un album aussi copieux. Il faut plus que When Will I Return pour le digérer. Ce morceau chanté par la femme Jennifer Gira est d’ailleurs troublant puisqu’on y entend un souvenir traumatisant d’agression. L’apaisement n’est donc que de surface.

Les plats de résistance s’enchainent donc et ce n’est pas le grandiose et trippant The Glowing Man qui passera pour une gentille transition. Le son est énorme, l’engagement total et l’effet garanti. On se calme pour le final Finally, Peace. Et c’est bien beau et intense, plus aéré que ce qu’on a entendu au long des deux heures d’écoute. La longueur est là, mais l’intensité aussi, et je dois bien avouer qu’on en sort essoré mais ravi, étonné d’être toujours là, comme après une randonnée grandiose qui emprunte plusieurs cols.

Impressionnant, intimidant même, voilà les épithètes qui viennent tout de suite à l’esprit quand on évoque ce The Glowing Man. Evidemment, elles s’appliquent aussi à toute la discographie récente du groupe de Michael Gira qui pense être à la fin d’un cycle. Ce qui signifie donc qu’on ne sait pas où ni quand l’attendre. Cet album fait en tout cas une remarquable synthèse de ce qu’on a pu attendre de la dernière mouture de cette formation tellement unique.

Bon, il faut un peu de temps devant vous pour déguster cette version live fournie avec le DVD offert avec la version deluxe du cd et qui donne envie d’aller voir ça en concert.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)