Accueil > Critiques > 2016

Bon Iver - 22, A Million

mardi 11 octobre 2016, par marc


Faire progresser la musique et fournir des albums renversants sont deux choses parfois différentes. C’est clairement le second cas de figure qu’on avait rencontré avec le magnifique For Emma, Forever Ago. Cet album issu d’une retraite au fond des bois pour soigner un cœur brisé était finalement atypique dans le chef du maintenant bien établi Justin Vernon. Mais plutôt que retenter l’exploit, il a très rapidement décidé de prendre la tangente, ce qui nous a valu un second album plus aventureux et formellement abouti même s’il ne retrouvait pas l’émotion pure du premier.

Pour être complet, il faut aussi mentionner le très bel album avec d’autres collaborateurs sous le nom de Volcano Choir qui contenait aussi son lot de pépites. En revenant en tant que Bon Iver, on devinait, on savait presque qu’il allait pousser l’expérimentation plus loin. C’est manifeste dès la liste de titres plein de symboles divers qui sent la coquetterie à plein nez.

Non, on ne peut décidément plus parler de folk et ce n’est pas dans le fond une mauvaise nouvelle. On pourrait réentendre son premier album à l’infini mais la musique a aussi besoin de formes nouvelles. De plus, s’il a été rapide à changer son fusil d’épaule, il n’a pas été le seul à le faire et dans un passé récent, on a déjà entendu quelques exercices du genre chez de jeunes espoirs comme Ed Tullett ou plus confirmés comme DM Stith.

Ce qui reste unique par contre, c’est sa voix et sa façon de l’emballer. Ce qui le rapproche d’un des plus frappants albums de l’année, celui d’ANHONI. Evidemment, on ne peut que déplorer l’ajout occasionnel de vocoder, qui fait autant de dégâts que le traitement HDR cosaque dans la photo. 715 est à ce titre donc un peu casse-bonbons. Mais il ne dure que deux minutes, ce qui montre qu’il y a du discernement en son chef.

Les albums les plus hardis sont forcément les plus inégaux. Une fois filtrée, l’œuvre de Justin Vernon est une des plus brillantes de l’époque mais on a parfois l’impression que les scories sont livrées telles quelles. Il a fallu un album d’ajustement pour que Volcano Choir donne sa pleine mesure, il en faudra sans doute un autre pour que les morceaux soient à la hauteur des intentions. En tous cas à tous les coups, parce qu’ici, on note déjà quelques grands moments comme 666.

Dans cette optique, 10 d E A T h b R E a s T ⚄ ⚄ monte, monte et est une indéniable démonstration de savoir-faire, qui prend même le temps de calmer le jeu (29 #Strafford APTS) avec un peu de violon. Comme sur le précédent, on ne pense aussi parfois à Tv On The Radio (33 « GOD ») mais en bien plus complexe, notamment dans les entrelacs de voix.

Bon Iver ne visait pas la couronne folk, il visait le toutes-catégories L’album est plus qu’intéressant, passionnant par moment même mais semble comme une matière brute et complexe à la fois qu’on travaille devant nous. Entendez-nous bien, on est contents qu’un chanteur qui a émergé d’un contexte folk prenne la main mais on l’aimait aussi quand il nous émouvait.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)