Accueil > Musique > 2016 > Séance de Rattrapage #48 - Little Kid, Loch Lomond, Wovenhand

Séance de Rattrapage #48 - Little Kid, Loch Lomond, Wovenhand

samedi 15 octobre 2016, par Marc


Little Kid - Flowers

Suivre ses dossiers est le meilleur moyen de trouver de la matière à écouter. Donc quand on a appris le retour de Ken Boothby et de son attachant projet Little Kid, on a su qu’il fallait s’y précipiter.

L’aspect lo-fi est vraiment assumé et colle fort bien aux compositions. Ceci dit, le misérabilisme n’est pas du tout de mise et le traitement du son et des arrangements est au cœur des préoccupations et sert ces morceaux. C’est donc cet équilibre entre volonté d’embellissement et charme indé qu’ils ont cherché et il faut le dire, trouvé.

Parce que Method Comedian est un morceau bien fichu, pas loin de la belle tristesse d’un Eliott Smith. Et si It Did Not Happen a un son bien cra-cra, ça renforce le brouillard de cette montée. En plus lâche, le traitement du son assez évanescent et trouble peut même rappeler certaines choses comme Atlas Sounds. On est donc à la marge, en s’éloignant des standards de l’écriture folk classique que pratique, disons, un Wooden Wolf. Ce qui leur permet de partir dans du drone à la fin du long Missionnary avant de revenir à de l’acoustique. On le voit, ils n’ont plus ou moins peur de rien.

Le charme opère toujours, notamment dans la lenteur mélancolique de Flowers et on se dit que ce discret groupe de l’Ontario trace au fond du Canada une route bien personnelle et attachante.

Loch Lomond - Pens From Spain

Portand en musique indé, c’est plus qu’une provenance, c’est carrément un terroir, un terreau si fertile qu’en sus des artistes qui en proviennent, certains s’y installent. Et on peut placer Loch Lomond (oui, comme le lac et le whisky du Capitaine Haddock) dans une prestigieuse lignée qui comprend leurs concitoyens de The Decemberists avec qui ils ont tourné.

De ces derniers on peut déceler des traces au détour de Violins and Tea mais ils n’en ont pas le songwriting virtuose et ironique. A la place, ce cinquième album a l’éloquence discrète, privilégie l’acoustique et n’est pas flashy pour un sou, ce qui forcera à tendre l’oreille parfois mais permet aussi à Silver Felt d’être plus immédiat. Ce sont petites choses qui importent, quand Seattle Denver Arms repart sur une belle mélodie, quand A String s’éteint en chorus de piano.

Le plus savoureux, c’est quand ils s’attaquent à l’inusable Noctural Me d’Echo and The Bunnymen. Il arrivent à en retranscrire le souffle tout en modifiant les orchestrations. Autre excellent moment, l’intriguant Listen, Lisbon aurait pu se retrouver sur le premier EP d’Arcade Fire, la fin qui redémarre incluse. On le voit , il y aura de la récompense pour l’auditeur patient et curieux.

Wovenhand - Star Treatment

Les cigognes finissent toujours par revenir, David Eugene Edwards est un chanteur intense qui confine à la douleur et Wovenhand sort un album toutes les années paires. Il est bon d’avoir des certitudes, parfois. Mais les choses changent aussi, radicalement ou peu à peu. Comme l’évolution du groupe s’est faite par touches, il faut remonter assez loin pour contempler tout le chemin parcouru en vingt ans, depuis la découverte un peu émerveillée de Sackcloth ’n’ Ashes.

La seule chose qui reste, finalement, ce sont la voix et la présence pour le moins habitées de David Eugene Edwards. On était donc partis avec The Laughing Stalk vers un rock plus sombre et dense, plus proche de formations gothiques comme Fields of The Nephilim ou encore The Killing Joke pour le son pour le moins hénaurme qui s’éloigne du folk noir des débuts.

Mais cet éloignement n’est pas définitif puisqu’au rock puissant et lancinant de Crystal Palace répond la relative légèreté de Go Ye Light. Ils n’abordent donc pas cet album entièrement le doigt dans la prise de courant puisque le presque apaisé mid-tempo de Golden Blossom rappelle leur ancienne façon plus lancinante. On les préfère quand ils jouent de l’intensité plus que de la force (Five By Five) ou repartent pour relancer The Quiver. Pour le reste, on constate que ça sent encore occasionnellement l’huile de moteur (The Hired Hand).

On reste donc dans de la musique sudiste qui a troqué le folk mystique et allumé pour quelque chose de plus musclé et moins original, leur particularité restant l’engagement hanté de David Eugene Edwards.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)