Accueil > Musique > 2016 > Joy As A Toy - Mourning Mountains

Joy As A Toy - Mourning Mountains

vendredi 18 novembre 2016, par Marc


Il est toujours plaisant de voir des groupes évoluer, gagner en notoriété et s’émanciper de ses propres règles. Il y a déjà six ans qu’on a découvert Joy As a Toy et son univers un peu barré et on avait entendu reparler d’eux pour leur relecture particulière de BO de films d’épouvante. Leur retour (sur le label Humpty Dumpty) les voit grandir d’un coup et ils risquent par la même occasion.

Certes, leur nom bien trouvé leur colle toujours à la peau, la morosité n’étant pas leur fonds de commerce mais cette pop ludique et complexe à la fois (on a déjà parlé de math-pop, on peut ressortir l’étiquette) se montre plus ambitieuse. Cet art rock a réussi à mettre un peu d’eau dans son vin sans le frelater.

On le sent dès l’instrumental d’introduction, ce cinématique Ghost Train et son orgue vintage qui délire sur un fond pas si moite que ça. C’est le morceau qui fait clairement le lien avec l’album précédent, montrant que les ponts ne sont pas coupés, qu’il s’agit d’une évolution. Ce n’est vraiment pas dans nos contrées que les références et autres rapprochements se trouveront. On pense à Menomenasur Cowboy Mode, notamment pour la rythmique complexe mais qui reste discrète et le clavier joué à une main. C’est en l’occurrence indéniablement. Autre rapprochement facile, les délires de Yeasayerne sont pas loin d’ Hipsters of the Apocalypse.

Mais ce ne sont que deux exemples, l’éclectisme de bon aloi est toujours de la partie. On retrouve ainsi du garage psyché (Google a Gun) et des choses plus acoustiques, chœurs, mélodie et violons en avant (Satisfaction Key). Le collage est réussi, prenant parfois le temps de temporiser pour mieux repartir (Madhouse).

Bien franchement, même si on avait apprécié le premier album, on ne s’attendait pas à une progression pareille. Sans se renier puisque la pop complexe est toujours leur terrain de jeu mais en sachant se faire plus accrocheurs plus souvent, ils montrent qu’il ne faut pas venir de Portland pour avoir le niveau international.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)