Accueil > Critiques > 2016

Régina Spektor - Remember Us To Life

mercredi 7 décembre 2016, par marc


La personnalité d’un artiste, c’est quelque chose de primordial. Installer un univers, le peupler de chansons marquantes pour pouvoir tranquillement creuser le même sillon ou plein d’autres, c’est l’œuvre d’une vie, et finalement rares sont ceux qui ont réussi à marquer. On peut définitivement ranger Regina Spektor parmi les artistes à personnalité, surtout depuis la magnifique paire Begin To Hope et Far.

Certes, on ne peut pas dire que What We Saw From The Cheap Seats était du même tonneau, mais il restait dans la lignée, tout comme l’est son huitième album studio qui marque un retour à une façon peut-être plus pop. C’est ce qu’on entend en effet dès le single Bleeding Heart. Il donnait une bonne idée de ce que pourrait être cet album, à savoir une envie de classicisme et d’accessibilité. On ne dénote donc pas trop de tentatives hors de son camp de base et finalement, c’est reposant de ne pas passer de morceaux. Ce ne sont pas les chœurs amusants de Small Bill$ qui vont nous perturber.

Elle l’enchaîne avec le beau Black and White qui est tout de même à deux doigts du kitsch mais se montre plus sensible. Si je ne suis pas certain d’avoir tout compris au contexte de Grand Hotel, il n’en reste pas moins que c’est une grande mélodie. L’émotion, elle, est sans doute moins présente que sur Far et les coups d’éclat moins fréquents mais on sent assez vite que le très beau Sellers of Flowers va nous accompagner longtemps comme le plus spectaculaire The Trapper and The Furrier, plus pesant, plus insistant, plus marquant aussi, tout comme l’enlevé Tornadoland qui pratique les changements de braquet.

Older and Taller est quant à lui plus que doux-amer, il se fait carrément grinçant (Enjoy your youth/Sounds like a threat), mêlant réalité professionnelle et musique enjouée, fluide et ne reniant pas les violons. Parfois aussi, surtout, c’est simplement beau (The Light ou Obsolete). On le voit, ceux qui aiment Regina parce que c’est drôle ou émouvant ou épique se retrouveront dans cet album peut-être moins brillant mais qui ne compte pas de scorie.

http://www.reginaspektor.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)