Accueil > Critiques > 2016

I Like Trains - A Divorce Before Marriage

mercredi 28 décembre 2016, par marc


Les reportages sur les groupes de rock font souvent état de leur gloire, de longues tournées, des fans. Il semble que ce ne soit pas le cas pour A Divorce Before Marriage (que je n’ai pas vu) puisqu’il semble s’attarder sur la vie quotidienne de ceux qui ne sont pas des stars. Ça partait pourtant bien, avec une petite notoriété vers 2006. Et puis vlan, l’industrie musicale fait le plongeon et ce sont ces formations de taille modeste qui en font le plus les frais.

Ils se redresseront pourtant, étant notamment un des pionniers du crowdfunding. Ils n’ont donc jamais cessé leur activité, on les a d’ailleurs retrouvés avec un plaisir immense pour la tournée marquant leurs dix ans, mais cet aspect ‘vraie vie’, entre boulots à plein temps et tournées, est presque tabou, ce qui devrait rendre ce reportage assez intéressant.

Ce dont nous parlons aujourd’hui, c’est de la musique confectionnée spécifiquement pour ce film. Comme une des réussites d’I Like Trains est d’avoir réussi à mêler des chansons avec des sons et ambiances post-rock, il semble logique qu’une fois la voix (belle et grave) ôtée, on se retrouve fort logiquement face à un album qui tend franchement vers le post-rock. Ce qu’on avait déjà constaté pour un ancien EP de Noël. On remarque aussi qu’ils ne se sont pas souvent frotté à l’exercice de l’illustration sonore, au contraire de formations comme Mogwai, 65 Days of Static ou Explosions In The Sky.

Dans les nombreuses sous-catégories du genre, on est plutôt dans l’arpège cher à ces derniers sur tout cet album, avec une batterie notablement plus légère. A vue de nez, il s’agit de versions de morceaux existants, prouvant à la fois leur côté versatile puisqu’ils tiennent très bien la rampe comme ça mais semblent moins originaux et percutants que leurs pendants chantés. C’est assez rare pour être signalé, et montre que ce ne sont pas uniquement des morceaux de post-rock sur laquelle la voix grave de David Martin aurait été plaquée a posteriori.

Un bel exercice de blind-test pour le fan qui reconnaitra les riffs de Stainless Steel au détour de Wharfe. Et si on a droit à quelques belles accélérations du côté de X, la seconde partie de l’album est plus lente, plus proche de l’ambient pur. C’est donc très atmosphérique (Misspent Youth), de la musique de matin d’hiver seulement peuplée d’un piano rêveur (Lock 19). Il est toujours bon d’avoir des nouvelles de ce groupe cher à nos cœurs de toute façon.

https://www.kickstarter.com/projects/benlankester/a-divorce-before-marriage-feature-documentary?lang=fr

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Sigur Rós - Átta

    Avis important pour les artistes : si vous comptez entamer un hiatus, arrangez-vous pour le faire après un bon album. C’est la bonne idée de la formation islandaise qui nous avait laissés en 2013 sur l’excellent Kveikur. Depuis, on savait le projet un cocon, notamment avec le départ de certains membres. Evidemment, on avait suivi les aventures solo du chanteur Jónsi Birgisson mais rien n’indiquait (...)

  • Sébastien Guérive - Obscure Clarity

    On avait déjà croisé le chemin de Sébastien Guérive, apprécié cette sculpture sur son qui dégage une majesté certaine mais sans grandiloquence. Cet album ne fait que confirmer et appuyer cette impression.
    C’est le mélange d’organique et d’électronique qui est la plus grande réussite, ce qui permet à la fois de ménager l’émotion et de garantir une pulsation basse, cardiaque qui n’est pas un ajout de beats a (...)

  • Akira Kosemura - Rudy (Original Music)

    Il est toujours difficile exercice de commenter des musiques de film sans voir le film ou la série dont il est question. Pourtant, le compositeur japonais Akira Kosemura a toujours su nous proposer des albums qui tenaient tout seuls sans le support visuel. Et c’est une gageure parce que la base de sa musique est le piano solo.
    Mais ce qui se confirme au long de ces 31 courtes pièces, c’est le (...)

  • Bravery In Battles - The House We Live In

    Même si c’est contre-intuitif parce que le post-rock est essentiellement instrumental, le style a souvent été engagé. Entre les revendications de Godpeed You ! Black Emperor et la protection de la Grande Barrière de Corail de Selfless Orchestra, les exemples abondent. Le collectif parisien Bravery in Battles est présent sur le combat environnemental comme en témoigne la copieuse musique du film The (...)

  • Vimala Pons - Eusapia Klane

    Il est toujours étrange de se frotter à une musique qui se présente comme une simple composante d’un projet. Dans le cas qui nous occupe, ceci est un livre audio qui se veut le prequel d’un spectacle actuellement en tournée. Si le recul et la connaissance de la pièce nous manque, l’objet peut s’appréhender seul, rassurez-vous. Parce que l’histoire est indépendante notamment.
    Non, ce n’est pas qu’une (...)