Accueil > Musique > Concerts > Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

lundi 23 janvier 2017, par Marc


Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.

La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre Lapointe. Et le répertoire de Jeanne s’y prête vraiment bien. Qu’il soit déjà connu comme ceux du dernier album forcément très présent ou carrément inédit. Mais même si on ne connait pas se morceau d’entrée sur les attentats, on retrouve sa façon culottée et sensible qui lui permet d’affronter tous les sujets même les plus casse-gueule avec tact et sans se cacher derrière des métaphores trop obscure.

Car le sujet est souvent frontal et peu allusif, ce qui renforce encore la performance pour parler du voile (Le Tissu, magnifique final), d’un crime homophobe (Noxolo est déjà un de nos préférés) ou du viol. Quand c’est non c’est non, elle fait bien de le rappeler. Ceci dit, Cheval de Feu nous rappelle que pour elle, quand c’est oui, c’est (vraiment) oui.

La réussite est d’ailleurs là, entre émotion et légèreté. On retrouve donc avec plaisir Quand On Est Très Amoureux et une présentation en musique de son équipe. De quoi désamorcer une lourdeur qui ne s’intallera pas. Surtout qu’entre ces deux pôles on retrouve aussi bien les souvenirs de Cinq ou Six Années qu’une évocation de Station d’Epuration.

Autre tradition, la reprise qui sera particulièrement bien choisie. On savait que les chansons de Serge Gainsbourg pouvaient être percutantes malgré des interprètes moyennes, on découvre ce que peut être le magnifique Pull Marine par une chanteuse qui maitrise. Parce qu’évidemment, Jeanne c’est aussi une voix. Claire, élastique, qui se laisse moins tenter par la démonstration mais est prête à assumer toutes les montées. De plus, la simple formule piano-voix n’est jamais minimaliste.

Voilà, on était venus convaincus, on est repartis conquis. Dans le rayon de la chanson française au sens le plus classique du terme, un talent pareil n’a pas énormément de rivales. Allez, un petit album maintenant ?

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • The Veils, Botanique, 25/11/2016

    Il y a des concerts qui sont plus que des prestations, qui sont une sorte se ralliement. Sans doute parce que le premier album a marqué suffisamment pour qu’une partie du public s’y retrouve treize ans après. Peut-être aussi que même si une partie du public n’a qu’une connaissance partielle de la discographie du groupe, elle a pris une belle consistance au fil des ans.
    Le dernier album est à ce titre un de leurs meilleurs, et c’est tant mieux puisque la setlist y puise abondamment. Ces morceaux (...)