Accueil > Musique > 2017 > Mick Harvey - Intoxicated Women

Mick Harvey - Intoxicated Women

vendredi 10 février 2017, par Marc


S’il avait fallu 20 à Mick Harvey pour donner une suite à ses reprises de Serge Gainsbourg, il nous revient assez vite après le Delirium Tremens dont on vous avait parlé. La pompe a donc été réamorcée et ces morceaux-ci semblent issus de la même fournée.

Pour être complètement honnête avec vous d’ailleurs, il semble difficile d’encore livrer 17 volumes de la même veine. Tout d’abord parce que si la discographie originelle est bien fournie et qu’il reste encore quelques classiques en réserve, il va aussi puiser dans des sources plus obscures et des recoins moins visités. Pour le meilleur aussi, The Eyes to Cry nous était inconnu et prend un beau relief ici.

Et puis c’est sans doute une volonté d’adoucir le propos et de présenter des duos moins sombres, mais on retrouve moins l’appropriation intense des volumes précédents. Les moments où la finesse d’écriture de Gainsbourg sert de support à la noirceur et à la densité de cet ancien membre des Bad Seeds de Nick Cave sont moins présents sur ce quatrième volume.

Mais ils sont tout de même là, qu’on se rassure. Lost Loves présente cet état d’esprit. Ce qu’on retrouve par contre, c’est une volonté assez délirante de donner des équivalents à ce qu’on considérait comme intraduisible. Se frotter à En Relisant ta Lettre est quand même culotté. Ceci dit, il n’y a pas que de l’anglais, on a droit à une extrêmement suggestive version d’Ich Liebe Dich… (Ich Dich Auch Nicht) avec Andrea Schroeder.

Poupée de Cire, Poupée de Son a déjà été mise à jour de façon plus (bombastique Arcade Fire) ou moins (Belle and Sebastian) convaincante et on connaissait son potentiel qui est toujours manifeste. C’est un appel au gros son qu’Harvey a bien entendu. Cargo Culte est aussi un des grands morceaux de Gainsbourg, notamment grâce aux arrangements somptueux de Jean-Claude Vannier et on le retrouve avec plaisir ici. Evidemment quand la chanson est parfaitement charpentée, elle est transposée de façon plus fluide. Prevert’s Song ne peut que fonctionner.

Un morceau comme La Noyée est sans doute moins connu pour sa version originale que pour ses reprises plus diffusées par Carla Bruni ou Yann Tiersen. Il y a moins de décalage là-dedans que quand Harvey chante Annie et ses sucettes. Mais ça reste plus pertinent que raviver Les Petits Boudins ou confier la voix de Contact à la Cambodgienne Channthy Kak.

On le voit, ceux qui connaissent déjà le procédé amusant et noir à la fois de Mick Harvey vont pouvoir compléter leur collection. Partant du principe que les francophones connaissant toutes les versions originales ne doivent pas constituer le gros de l’audience, l’exploration de l’Australien qui prend ici des accents plus légers reste pertinente pour diffuser le talent d’un des plus grands auteurs de notre langue.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)